31.07.2020 à 14:48

Covid-19

Genève ferme ses boîtes de nuit

Les autorités genevoises ont annoncé ce vendredi que les discothèques devaient fermer avec effet immédiat. Dans les bars, on consommera assis et on se déplacera avec un masque.

de
20 minutes/ats
La Canton a ordonné la fermeture immédiate de tous les night clubs

La Canton a ordonné la fermeture immédiate de tous les night clubs

KEYSTONE

«La situation sanitaire se dégrade, le virus reprend de la place», a déclaré vendredi Antonio Hodgers, président du Conseil d’Etat genevois. Le canton a ordonné vendredi la fermeture immédiate de toutes les boîtes de nuit, discothèques, dancings et cabarets. Une première en Suisse.

Cette mesure restera en vigueur jusqu'au 23 août et pourra être prolongée en fonction de la situation épidémiologique, a indiqué le gouvernement. Le nombre de nouvelles infections a très significativement augmenté durant trois semaines d'affilée en juillet, passant de 37 à 79 puis à 216 cas par semaine. Cette semaine, 225 nouveaux cas ont été diagnostiqués positifs et 14 personnes sont actuellement hospitalisées, selon la médecin cantonale Aglaé Tardin. Durant la même période, le pourcentage de tests positifs est passé de 2% à 9%. Et 40% des personnes positives ont été contaminées dans plus de vingt lieux festifs du canton, relève le Conseil d'Etat.

Depuis lundi, plusieurs lieux festifs très courus à Genève avaient d'ailleurs spontanément fermé leurs portes après avoir découvert des cas de contamination parmi leur personnel. Ils sont désormais plus d'une trentaine à devoir cesser leurs activités avec effet immédiat.

Pertes financières

«Nous rentrons à nouveau dans une situation critique», a relevé le président du Conseil d'Etat Antonio Hodgers. Le monde de la nuit est particulièrement touché, selon Mauro Poggia, chef du Département de la sécurité, de l'emploi et de la santé. «Nous sommes d'autant plus désolés que les exploitants de ces établissements ont collaboré pour le travail de traçage», a-t-il souligné. Mais à ce stade, «chaque jour compte», insiste Mauro Poggia.

Les pertes financières pour la trentaine d'établissements concernés, qui ont déjà été contraints à la fermeture pendant la phase de semi-confinement, seront importantes. Des discussions seront menées la semaine prochaine avec les acteurs du monde de la nuit pour trouver des solutions.

Contrôles renforcés

Interrogé sur le risque de transfert des fêtards des boîtes de nuit vers le domaine public, Mauro Poggia a rappelé que toutes les manifestations sur le domaine public nécessitent une autorisation. La police renforcera ses patrouilles pour contrôler ce type de grand rassemblement. Pour les plus petites fêtes, les mesures de distanciation sociale et du port du masque si la distanciation n'est pas possible s'appliquent.

A noter qu'alors que Genève ordonne une fermeture immédiate, à Zurich l'association des bars et clubs zurichois, a invité la presse pour annoncer qu'il n'était pas question de fermer à nouveau les établissements. La plupart des personnes testées positives ont été infectées chez des amis ou au travail et pas dans des clubs, estime l'association des bars et clubs zurichois. Ce n'est pas le cas à Genève.

Consommer assis

Autre mesure annoncée vendredi à Genève: l'obligation pour les clients des bars et des restaurants de consommer en restant assis autour d'une table ou au bar. Les distances interpersonnelles doivent être respectées. Et le port du masque obligatoire s'applique désormais aussi aux clients lors de tout déplacement dans un établissement, même sur les terrasses, comme en France.

Enfin, tout comme les lieux festifs jusqu'à l'annonce de leur fermeture, les exploitants des bars ont désormais l'obligation de collecter l'identité et un moyen de contact fiable des clients. Des amendes allant d'une centaine de francs à près de 20'000 francs dans les cas les plus graves sont prévues.

A Zurich, pas de panique

Il n'est pas question pour les bars et clubs zurichois de fermer à nouveau, même après plusieurs cas de super propagation du coronavirus. La plupart des personnes testées positives ont été infectées chez des amis ou au travail et pas dans des clubs, estime l'association des bars et clubs zurichois.

«Seulement 1% des évènements qui se sont déroulés à Zurich ont été concernés par des cas de coronavirus», a indiqué vendredi aux médias Alexander Bücheli, responsable de l'association des bars et des clubs zurichois. «Seulement treize personnes ont été infectées» depuis la réouverture des bars et des clubs à Zurich en juin. Environ 120'000 personnes ont fréquenté un de ces établissements. «Nous ne voyons donc aucune raison de fermer une nouvelle fois», a poursuivi Alexander Bücheli.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
711 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Milin

01.08.2020 à 20:43

Qu’est-ce qu’attends VD pour fermer ses boîtes de nuits aussi??? Aucun problème pour que les fêtards de Genève se déplacent à Lausanne augmentant les contaminations sur le sol vaudois.

HBC

01.08.2020 à 16:21

Pourquoi tous mes commentaires ne sont jamais publiés ??? La vérité vous dérange ? Et remettez les pouces en bas

Orteils Party

01.08.2020 à 16:20

Que dire es plages "boîtes de sardines", il y a pas un centimètre de libre. Tout en me promenant l'autre jour, j'ai assisté à une vraie beach party d'orteils. Quand je vois ça ça me fait bondir. Alors oui, les endroits confinés comme les boîtes (à sardines) de nuit là c'est clair, mais les plages, c'est du pareil au même en fait, la distanciation, connaît pas. À quand le prochain confinement ? Le 1er septembre ?