14.10.2020 à 14:25

GenèveRéunions de plus de quinze personnes interdites dans l’espace public

Au vu de l’évolution préoccupante des cas positifs et des hospitalisations dus au Covid-19, le Conseil d’Etat a annoncé mercredi plusieurs nouvelles mesures.

de
Maria Pineiro/Leïla Husssein
Face à la hausse des cas positifs et des hospitalisations dus au Covid-19, le canton de Genève limite les manifestations privées à 100 personnes maximum. L'organisateur d'une fête privée de plus de 15 personnes devra établir la liste des participants, a fait savoir le conseiller d'Etat Mauro Poggia.

Face à la hausse des cas positifs et des hospitalisations dus au Covid-19, le canton de Genève limite les manifestations privées à 100 personnes maximum. L'organisateur d'une fête privée de plus de 15 personnes devra établir la liste des participants, a fait savoir le conseiller d'Etat Mauro Poggia.

KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

«Des décisions fortes, mais proportionnées.» Voilà comment le président du gouvernement genevois Antonio Hodgers a qualifié le nouveau train de mesures annoncé mercredi afin de freiner l’évolution de la situation sanitaire. Elles concernent essentiellement les activités festives. Ainsi, dès mercredi soir, tous les rassemblements de plus de 15 personnes sur la voie publique sont interdits. Le Conseil d’Etat vise là les réunions spontanées, notamment les soirées entre jeunes en extérieur. Les manifestations à caractère politique ou les événements disposant de plans de protection ne sont pas concernés.

Pour faire face à une situation qualifiée de «préoccupante» au sein des Hôpitaux universitaires genevois (HUG) par Mauro Poggia, conseiller d’Etat chargé de la Santé et de la sécurité, le gouvernement a également décidé de réguler les événements d’ordre privé. Plus question d’organiser des fêtes réunissant plus de 100 personnes. Elles sont désormais interdites. S’il n’y aura pas besoin d’annoncer les agapes entre entre 16 et 100 convives, il faudra tout de même se plier à un certain nombre de règles. Les invités devront porter le masque, ne consommer que lorsqu’ils sont assis et ne pas changer de place une fois celle-ci définie. Ce sera aux organisateurs de vérifier le respect de ces dispositions et de collecter l’identité et les contacts des personnes présentes. Ces listes devront être tenues à disposition des autorités durant 14 jours. Pour les réunions jusqu’à 15 personnes les mesures telles qu’hygiène des mains, distances interpersonnelles ou à défaut port du masque devront être respectées. Des sanctions pouvant aller jusqu’à 30’000 fr. d’amende sont possibles en cas d’infractions. Mais le gouvernement n’entend pas surveiller activement les citoyens, il compte sur «une prise de conscience et la responsabilité individuelle».

Préserver la liberté individuelle

Les autorités genevoises visent principalement les fêtes entre amis ou de famille «extraordinaires». Le seuil de 15 personnes est «le fruit d’un arbitrage», a admis Mauro Poggia. «A un niveau purement sanitaire, il aurait été souhaitable d’abaisser cette limite à 5 personnes, mais il faut également préserver les libertés individuelles.» Le Conseil d’Etat s’est réuni mercredi en présence de la médecin cantonale et de responsables des HUG. «A l’Hôpital cantonal, l’augmentation du nombres des hospitalisations est de l’ordre de 40 % en 8 jours», a déclaré Mauro Poggia. Il est important que les HUG puissent continuer à prendre en charge tous les malades. Nous ne voulons pas en arriver au stade où il faudra opérer un tri des patients.» Le magistrat a tenu a rappeler que les mesures prises mercredi ne déploieront leurs effets que d’ici deux à trois semaines.

Traçeurs sous l’eau

Aglaé Tardin, médecin cantonale, a admis mercredi que les équipes de traçage étaient dépassées depuis deux semaines à Genève. «Le dispositif a été prévu pour une cinquantaine de cas quotidiens. Or nous faisons actuellement face à 150 à 200 nouvelles infections par jour», s’est-t-elle inquiétée. Ce sont désormais uniquement les contacts étroits des malades qui sont avertis. Aglaé Tardin a indiqué qu’en cas de persistance de cette situation durant deux semaines supplémentaires, la digue ne tiendrait plus. «Et c’est la seule dont nous disposons.»

Par ailleurs, le port du masque est désormais étendu à tous les établissements et installations accessibles au public. Dans le domaine scolaire, les camps et voyages d’études au cycle d’orientation et au secondaire II sont annulés. Les autorités ont en effet estimé que les plans de protections sont difficiles à mettre en place. Elles veulent éviter que ces événements ne se transforment en clusters. Les sorties à la journée restent possibles. Pour les degrés primaires, les camps restent autorisés.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
822 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

vacances en camp

15.10.2020 à 22:52

Le travail rend libre.

Grütli

15.10.2020 à 22:43

La Constitution fédérale a-t-elle été abolie ? Je n'étais pas au courant. Ou alors Genève est définitivement donné à la France.

Yvan Descloux-Rouiller

15.10.2020 à 16:39

Il faut aussi rapidement interdire les réunions politiques car, comme chacun peut le constater, elles sont totalement inutiles ! Mais les politicards tiennent absolument a continuer pour une seule raison, les jetons de présence !!!