Transports: Genève veut doper le covoiturage
Actualisé

TransportsGenève veut doper le covoiturage

Pour réduire les bouchons, l'Etat songe à donner la priorité aux voitures occupées par au moins deux personnes. Berne est très sceptique.

par
tpi
La douane de Bardonnex pourrait faire l'objet d'une phase de test.

La douane de Bardonnex pourrait faire l'objet d'une phase de test.

photo: Keystone/Martin Ruetschi

Chaque jour, 130'000 pendulaires prennent leur auto pour venir travailler dans la Cité de Calvin, saturant régulièrement le trafic. Pour limiter les engorgements, le Canton souhaite diminuer le nombre de voitures aujourd'hui sur la route, en favorisant le covoiturage. «Actuellement, en heure de pointe du matin, chaque véhicule est occupé en moyenne par 1,2 personne. En faisant passer ce chiffre à 1,3, une auto sur dix disparaîtrait, ce qui permettrait de fluidifier l'ensemble du trafic», relève Alexandre Prina, directeur de la planification à la Direction générale des transports.

Son service étudie les axes pénétrants sur lesquels une voie pourrait être réservée aux voitures transportant au moins deux personnes, sur le modèle des grandes villes américaines. Un projet inédit en Suisse. «Si l'Office fédéral des routes (Ofrou) nous donne son feu vert, nous pourrions lancer une phase de test d'ici à un ou deux ans», dit le spécialiste.

Mais Berne n'est pas prête à embrayer. Par manque de place d'une part, mais aussi pour des questions d'efficience: «Le gain d'une telle formule sur la fluidification du trafic n'est pas non plus assuré, alors que celui-ci est déjà saturé», estime le porte-parole de l'Ofrou. Le TCS pense aussi que les routes suisses ne sont pas adaptées au projet.

Ton opinion