Miss et géopolitique: Geneviève de Fontenay fachée contre Miss Monde

Actualisé

Miss et géopolitiqueGeneviève de Fontenay fachée contre Miss Monde

Après «l'année noire» 2008 pour les Miss France, Geneviève de Fontenay doit à nouveau faire face à plusieurs affronts simultanés concernant sa représentante au concours Miss Monde le 13 décembre à Johannesburg.

Le concours de beauté international Miss Monde (Miss World basé à Londres) pour lequel concourt Laura Tanguy, 2e dauphine de Valérie Bègue (tenante du titre mais interdite de concours internationaux suite à la publication peu après de son élection de photos suggestives et jugées blasphématoires par le Comité Miss France) pourrait être entaché de nullité, à la demande de Geneviève de Fontenay.

«Je viens d'apprendre que la Guadeloupe et la Martinique, par le biais d'un comité dissident avaient présenté une Miss pour le concours du 13 décembre à Johannesburg», a expliqué mardi soir Geneviève de Fontenay à l'Associated Press. «Les bras m'en tombent d'apprendre que la Guadeloupe et la Martinique (respectivement représentées par Frédérika-Keira Charpentier et Elodie-Marie Charlie Delor) ne sont plus des départements français», s'indigne-t-elle.

Mme de Fontenay, également directrice générale-adjointe de la Société Miss France (filiale d'Endémol) se dit aussi «choquée que le concours Miss Monde, en arrive à vendre des licences là où les gens sont prêts à payer, quitte à remettre en cause la cartographie mondiale».

Quant à Laura Tanguy, sur place en Afrique du Sud en tant que Miss France pour Miss Monde, elle découvre à son tour les coulisses pas toujours reluisantes des concours de beauté internationaux.

Jointe par l'AP tôt mercredi dans sa chambre d'hôtel, Laura Tanguy tombe également de haut. «Il m'a fallu à moi aussi revoir ma géographie», confie-t-elle. «Mais le pire est sans conteste le comportement de certaines candidates, dont je pensais qu'elles étaient devenues des amies».

Ainsi, alors qu'elles enregistraient mardi plusieurs tableaux destinés à être intégrés dans le direct de la finale du 13 décembre, les choses sont allées de mal en pis. «On m'a d'abord fait comprendre que contrairement à ce qui avait été prévu, je ne pourrai pas interpréter sur scène 'Hello Dolly' qui ne sonnait pas 'assez français' au oreilles des organisateurs. Soit, je m'étais alors rabattue sur un numéro de french-cancan (l'une de ses spécialités), mais je me suis aperçue qu'une concurrente pourtant proche, m'avait 'empruntée' ma robe tricolore, pour s'insérer dans le tournage du tableau précédent».

Un ratage qui aura empêché à la candidate française de paraître dans le tableau des 12 candidates suivantes, alors que son compagnon, Nicolas, partait de son côté en quête de la robe disparue....

«C'est certes un peu une histoire de filles, mais c'est quand même très déstabilisant compte-tenu de la pression. J'ai vécu une année éprouvante, mais qui m'aura renforcée à jamais», poursuit celle qui fut aussi Miss Pays-de-Loire, et que Geneviève de Fontenay présente comme étant «l'incarnation de la douceur angevine». (ap)

Ton opinion