Suisse: Genevois et Vaudois sont les moins libres
Actualisé

SuisseGenevois et Vaudois sont les moins libres

Pour la 8e fois, les Argoviens sont les champions de l'indice de liberté du think tank Avenir Suisse. Les Romands sont à la traîne.

par
cht/nxp
Ce sont les indicateurs économiques qui plombent les résultats globaux de l'indice de liberté des cantons romands (en vert, les cantons les plus "libres")

Ce sont les indicateurs économiques qui plombent les résultats globaux de l'indice de liberté des cantons romands (en vert, les cantons les plus "libres")

Avenir Suisse

Depuis 2009, les Argoviens occupent la tête d'un classement un peu particulier: celui de l'indice de liberté du think tank Avenir Suisse. Publié annuellement, il compare les cantons selon différents critères économiques et civils et montre à quel point les citoyens peuvent vivre librement dans leur région. Mauvaise nouvelle: Vaud et Genève occupent les dernières places de ce ranking publié fin décembre, relève lundi le journal Aargauer Zeitung.

Et pour établir le classement de l'année 2016, le laboratoire de réflexion sur la Suisse de demain a pris en compte 29 indicateurs. A l'image de la charge fiscale pour les familles, les taxes, l'organisation du secteur public , les heures d'ouverture des magasins, la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale, le choix de l'école, la vidéosurveillance, le nombre de radars sur les routes, etc. Huit nouveaux critères sont venus s'ajouter, tels que les droits et devoirs des résidents étrangers ou la sécurité publique.

Le Jura champion des libertés civiles

Le champion incontesté des libertés en Suisse reste donc le canton d'Argovie, devant Schwyz et Appenzell Rhodes Extérieures, même si Argovie occupe «seulement» la troisième place pour le sous-indice économique et la deuxième pour le sous-indice civil. Concernant les libertés civiles justement, c'est le canton du Jura qui est en tête du classement depuis 2010, relève Avenir Suisse. Il partage la tête du classement avec Neuchâtel en matière de droits politiques accordés aux étrangers et est aussi nettement plus progressiste que les autres en ce qui concerne la durée de résidence nécessaire à la naturalisation.

L'indice de libertés civiles

L'indice de libertés civiles

A l'autre bout de l'échelle, c'est Genève (cliquer sur le lien pour avoir le descriptif complet) qui ferme la marche de classement. Le canton marque des points grâce aux droits politiques accordés aux étrangers, à des courtes durées de résidence pour la naturalisation et à une faible imposition sur le second revenu d'un ménage, relève le think tank. Mais de nombreux éléments pèsent toujours de tout leur poids, comme la charge fiscale élevée, et les horaires restrictifs des magasins et confirment sa réputation de canton le moins libre de Suisse.

Avant-dernier cette année, le canton de Vaud obtient un bon score pour les indicateurs civils, mais des résultats inférieurs à la moyenne dans le domaine économique.

Vaud a pris la place du canton de Neuchâtel, qui est passé de l'avant-dernière position à la 10e position grâce aux nouveaux indicateurs. C'est son rôle de pionnier en matière de droits politiques pour les étrangers et une déductibilité élevée pour les frais de garde externe des enfants qui lui permet une pareille progression.

Le Valais, en revanche, tombe de la 14e à la 20e place de ce classement. Une forte réglementation du marché du travail régional, une faible déductibilité pour la garde externe des enfants et une proportion relativement élevée d'employés du secteur public s'additionnent pour aboutir à cette perte de six places, relève Avenir Suisse. Quant au canton de Fribourg, il se maintient en 22e position, alors que Berne plonge du 19e au 23e rang.

Ton opinion