Genève: Genevois nuls en sciences: les profs s'activent
Actualisé

GenèveGenevois nuls en sciences: les profs s'activent

Une pétition veut remédier au classement désastreux du canton dans une récente étude internationale (PISA).

par
Raphaël Leroy
Les élèves du CO suivent 4h de biologie et 2h de physique par semaine en trois ans.

Les élèves du CO suivent 4h de biologie et 2h de physique par semaine en trois ans.

«Le cycle d'orientation est sous-doté en sciences expérimentales. Le Conseil d'Etat fait le strict minimum. Il n'y a pas de miracle, on ne peut pas avoir de résultats satisfaisants!» Enseignant de biologie au secondaire, Philippe Lavorel se bat comme d'autres professeurs pour augmenter le nombre de cours de biologie et de physique au cycle (CO).

Selon PISA, Genève est un cancre en sciences

La récente étude PISA a effectivement montré que Genève était en queue de classement suisse dans le domaine. Comme l'indiquait Léman bleu le mois dernier, le comité pour la Valorisation des Sciences Expérimentales au CO (VSECO) a donc lancé il y a près d'un mois une pétition dont l'objectif est d'atteindre les 10 000 signatures.

«Nous allouons seulement 6% des cours aux sciences, alors que le Plan d'Etude Romand en demande 8% et l'OCDE 12%, s'insurge Philippe Lavorel. Nous avons écrit au magistrat Charles Beer, en vain.» Des chiffres contestés par le département de l'instruction publique (DIP).

Des effectifs restreints

Le texte exige aussi des effectifs restreints. «Faire des demi-groupes est rapide à réaliser, note Salima Moyard, députée socialiste et soutien de la pétition. Mais le DIP joue la montre estimant que cela coûte trop cher.»

Pierre Kolly, de la direction générale du CO, relativise. «On peut imaginer des dédoublements momentanés mais le problème c'est que d'autres groupes pourraient vouloir des demi-classes. Nous partageons les préoccupations du comité, mais nous leur demandons plus de recul. Un bilan sera fait en 2015.»

Ton opinion