Union européenne: Géoblocage de jeux vidéo jugé illicite
Publié

Union européenneGéoblocage de jeux vidéo jugé illicite

La Commission européenne a infligé un total de 7,8 millions d’euros d’amendes à la plateforme de distribution de jeux vidéo Steam et à cinq éditeurs.

Valve, propriétaire de la plateforme Steam, propose un catalogue de plus de 35 000 jeux

Valve, propriétaire de la plateforme Steam, propose un catalogue de plus de 35 000 jeux

steam

La Commission européenne a infligé mercredi un total de 7,8 millions d’euros d’amendes à la plateforme de jeux vidéo Steam et cinq éditeurs pour une entente ayant pénalisé les consommateurs en limitant la concurrence.

Valve, propriétaire de la plateforme Steam qui propose plus de 35000 jeux, avait choisi de ne pas coopérer à l’enquête avec les autorités, et écope d’une amende de plus de 1,6 million d’euros.

Ce groupe et cinq éditeurs (le français Focus Home, l’allemand Koch Media, l’américain ZeniMax, les japonais Bandai Namco et Capcom) s’étaient mis d’accord pour mettre en place une clé d’activation des jeux qui empêchaient leur utilisation en dehors de certains pays.

«Les utilisateurs situés en dehors d’un État membre désigné ne pouvaient pas activer certains jeux vidéo sur PC à l’aide des clés d’activation Steam

Déclaration de la Commission européenne

Par conséquent, «Valve et les éditeurs ont restreint les ventes transfrontières de certains jeux vidéo sur PC sur la base de la localisation géographique des utilisateurs, se livrant ainsi à des pratiques dites de blocage géographique», a-t-elle ajouté.

Ces infractions ont concerné au total une centaine de jeux.

«Il est interdit aux entreprises de restreindre contractuellement les ventes transfrontières. De telles pratiques privent les consommateurs européens des avantages du marché unique numérique de l’UE et de la possibilité de comparer les prix afin de trouver l’offre qui leur convient le mieux», a commenté la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager.

Steam, créée en 2003 par Valve, est considérée comme la plus importante plateforme de distribution du genre. Elle est utilisée par des millions de joueurs à travers le monde.

Les cinq éditeurs concernés ont écopé d’amendes allant de 340 000 euros (pour Bandai) à près de 2,9 millions d’euros (Focus Home).

Ces sanctions sont calculées en fonction du chiffre d’affaires des entreprises. Ces éditeurs ayant coopéré à l’enquête, contrairement à Valve, ont bénéficié de réductions de 10% ou 15%.

aro/fmi/clp/

(AFPE)

Ton opinion