Tennis: George Bastl: «C'est dur financièrement»

Actualisé

TennisGeorge Bastl: «C'est dur financièrement»

Alors qu'il chute au classement ATP et qu'il dépense plus qu'il ne gagne en tournoi, George Bastl ne veut pas raccrocher.

par
Michael D'Odorico/mac

Mais qu'est-ce qui pousse George Bastl, 35 ans et 805e joueur mondial à poursuivre sa carrière? 151e au classement ATP à la fin 2006, le Vaudois a dégringolé à la 805e place en quatre ans. Malgré un bon match en double à Gstaad cette semaine, l'année 2010 ne sourit pas plus au Villardou: aucune victoire en simple. Sa dernière victoire remonte au mois de septembre 2009 au premier tour du Challenger de St-Rémy, sa sixième victoire en 2009. Bastl explique cette chute par les nombreuses blessures subies.

Les conséquences financières de ces résultats sont également sévères. George Bastl n'a empoché cette année que 3086 dollars (environ 3200 francs suisses), selon les chiffres fournis par l'ATP. Dans le monde tennistique romand, on parle de course en avant et de dilapidation des gains obtenus dans les bonnes années du Vaudois dont le meilleur classement est un 71e rang ATP en mai 2000. Avec dix tournois cette année dont un en Inde et un en Afrique du Sud, le pécule gagné grâce au tennis ne couvre pas les dépenses liées aux frais de déplacement. Encore moins les salaires de son encadrement.

Pourtant, le tennisman n'est pas prêt de déposer sa raquette et envisager une reconversion compréhensible vu son âge et ses résultats: «Oui, financièrement c'est dur», nous a-t-il confié, mais le cœur y est: «J'ai toujours beaucoup de plaisir à jouer et l'envie est toujours là. Je n'ai pas l'intention de poser la raquette.» Dans un interview à la TSR, il y a quelques semaines, il se fixait même comme objectif un retour dans les 100 à 130 meilleurs joueurs de la planète.

Face à de tels résultats, des changements semblent s'imposer. Mais malgré le fait qu'il se soit entouré depuis le début de sa dégringolade en 2006 d'un préparateur physique et d'un entraîneur qui ne font pas l'unanimité dans le milieu (lire encadré), Bastl ne voit pas de raison de changer: «Ils m'ont aidé à améliorer mon tennis et soigner mes blessures».

George Bastl a la ferme intention de retrouver son meilleur classement. En commençant peut-être par Gstaad, où il est opposé aujourd'hui aux côtés du Jamaïquain Dustin Brown, à la paire espagnole Granollers-Lopez pour les quarts de finale du double.

Encadrement sujet à polémique

Il y a quatre ans, le Villardou change son encadrement et s’entoure de Romain de Bellerive et de Valérie von Bredow. Des choix qui ont beaucoup fait parler sur le circuit pour les méthodes de travail inhabituelles de Romain de Bellerive. Inconnu du milieu tennistique, le Lausannois intrigue. Mystérieux, il passe pour un gourou dans les vestiaires des joueurs. A l’époque, Bastl avait démenti dans les colonnes de la «Tribune de Genève»: «Il s’agit d’un préparateur physique. Un point c’est tout.» Valérie von Bredow qui a un cabinet de physiothérapie à Lausanne, endosse le rôle d’entraineur du Vaudois comme l'indique le site de l'ATP.

Ton opinion