Grèce – George Papandreou échoue à prendre la tête du Parti socialiste

Publié

GrèceGeorge Papandreou échoue à prendre la tête du Parti socialiste

L’ancien premier ministre de la Grèce entre 2009 et 2011 a été battu lors de l’élection pour désigner le chef du nouveau parti de centre gauche le Mouvement pour le changement.

George Papandreou (à gauche) a été celui qui a signé le 2 mai 2010 avec la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international (FMI) la première tranche des trois prêts accordés à la Grèce d’un montant total de 350 milliards d’euros.

George Papandreou (à gauche) a été celui qui a signé le 2 mai 2010 avec la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international (FMI) la première tranche des trois prêts accordés à la Grèce d’un montant total de 350 milliards d’euros.

Getty Images via AFP

L’ancien premier ministre grec George Papandreou a été battu dimanche par le député européen Nikos Androulakis aux élections pour désigner le chef du parti d’opposition de centre gauche Mouvement pour le changement (Kinal), héritier du Parti socialiste Pasok et actuellement troisième parti du pays.

Après le décompte des bulletins dans plus de 95% des bureaux, Nikos Androulakis, 42 ans, membre du groupe Alliance progressiste des Socialistes et Démocrates au Parlement européen, recueillait 68% des voix contre 32% pour George Papandreou, son rival au deuxième tour du scrutin. Androulakis, ingénieur, souhaite faire revivre l’héritage du Pasok historique, fondé par le père de son rival Andreas Papandreou, trois fois premier ministre. Mais la popularité du parti a été sérieusement ébranlée lors de la crise de la dette.

Le Mouvement pour le Changement (Kinal), le nouveau nom adopté en 2018 par le parti, dispose de 22 députés au parlement qui compte 300 sièges. La banqueroute financière du pays en 2010, les plans d’austérité imposés à la population ainsi que des enquêtes sur des scandales ont été fatals au Pasok. George Papandreou a été celui qui a signé le 2 mai 2010 avec la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international (FMI) la première tranche des trois prêts accordés à la Grèce d’un montant total de 350 milliards d’euros. Son allocution télévisée depuis la petite île de Kastelorizo est restée gravée dans les mémoires.

Les plans d’austérité du gouvernement, et notamment la baisse des pensions de retraite et de nouveaux impôts, pour satisfaire les demandes de la troïka des créditeurs, ont entraîné une crise économique et sociale et une vague de protestations. La présidente du parti Fofi Gennimata est décédée le 25 octobre à l’âge de 56 ans. Fofi Gennimata a été la première femme à être élue à la présidence du Pasok, en 2015, avant d’être réélue au moment de la création du Kinal, une coalition entre les socialistes et de petits partis du centre gauche.

Après avoir survécu à plusieurs combats contre le cancer, elle avait été hospitalisée le 11 octobre. Le lendemain, elle avait annoncé avoir renoncé à présenter sa candidature pour sa réélection.

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires