Actualisé 07.07.2019 à 14:21

CyclismeGeraint Thomas a-t-il un rat dans la tête?

Le co-leader d'Ineos a chuté lors de ses deux dernières sorties officielles. De quoi fragiliser le Gallois sur ce Tour de France?

de
Simon Meier, Bruxelles
MAXPPP

C'était le 18 juin dernier, à une trentaine de kilomètres de l'arrivée de la 4e étape du Tour de Suisse entre Morat et Arlesheim. Geraint Thomas, qui ne peut éviter la chute d'Andrey Zeits (Astana), tombe lui aussi sur le bitume soleurois. Lourdement. Secoué, touché à l'épaule droite, le Gallois d'Ineos doit abandonner, même si les craintes de fracture à la clavicule sont écartées suite aux examens médicaux. Le pire est évité mais à moins de trois semaines du Tour de France, on ne peut pas parler de préparation idéale.

Samedi 6 juillet à Bruxelles, Geraint Thomas retrouve la compétition pour le départ de la Grande Boucle. Nerveuse, stressante, cette 1re étape réservée aux sprinters offre un final tumultueux, au coeur duquel le co-leader de l'équipe britannique pique à nouveau du nez. En évitant la cabriole du Néerlandais Dylan Groeneweren, il est déporté par d'autres coureurs et termine dans les barrières.

Plus de peur que de mal

«Je vais bien», rassure illico le vainqueur du Tour de France 2018. Plus de peur que de mal, encore une fois. Reste que l'un des meilleurs cyclistes du monde s'est cassé la figure lors de ses deux dernières sorties officielles. Un constat pas génial pour sa carcasse, ni, forcément, pour son moral. Parce que ces deux embardées, si fortuites et finalement bénignes fussent-elles, ont peut-être semé un rat dans la tête du Gallois – comme disent les Guadeloupéens quand ils évoquent une idée noire.

Il ne devrait pas y avoir de problème de ce type pour Geraint Thomas, dimanche lors du contre-la-montre par équipe. Mais ça va continuer à frotter un maximum, ces prochains jours au coeur du peloton. Et mine de rien, il y en a un qui n'aura sans doute pas l'esprit complètement tranquille.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!