Publié

GenèveGestion des crèches: une réforme est en marche

Actuellement entre les mains de parents bénévoles, le pilotage des institutions municipales de la petite enfance pourrait bientôt être repris par la Ville de Genève.

Faute de parents d’enfants volontaires pour constituer le comité de gestion, la crèche qui ouvrira bientôt ses portes dans le quartier de l’Artamis sera temporairement gouvernée par le comité de la structure des Charmilles. 

Faute de parents d’enfants volontaires pour constituer le comité de gestion, la crèche qui ouvrira bientôt ses portes dans le quartier de l’Artamis sera temporairement gouvernée par le comité de la structure des Charmilles.

©steeve iuncker-gomez

Laisser la gestion des crèches de la Ville de Genève à un comité principalement composé de parents d’enfants n’est plus possible, estiment les acteurs de la branche. Christina Kitsos, magistrate chargée du Département de la cohésion sociale, veut réformer ce système en place depuis le 19ème siècle, a révélé lundi la «Tribune de Genève». Attribuer la gouvernance des quelques 77 institutions municipales de la petite enfance à la Ville de Genève est une des options envisagées. «On subventionne ce secteur à plus de 80%, pour un total de 118 millions de francs et, en même temps, on ne pilote rien», indique dans le journal genevois, Christina Kitsos qui se dit ouverte à toute proposition. L’un des exemples les plus flagrants est le choix des employés des crèches. Si la Ville vérifie bien que les éducateurs ont les formations nécessaires à l’emploi, ce sont les directeurs des structures qui les engagent et les comités qui parafent les contrats de travail.

L’ouverture prochaine d’une crèche dans le quartier d’Artamis, à la Jonction, a en effet révélé les limites du dispositif en place. Faute de candidatures, la constitution d’un comité de gestion n’a pas été possible. C’est celui des Charmilles qui prendra la tête de l’institution dans l’attente d’une solution durable. D’autres communes genevoises envisagent de réformer le mode de gouvernance de leurs institutions de la petite enfance, dans la mesure où l’argent injecté et les enjeux de cette prestation ne sont pas négligeables.

(lhu)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
30 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Justine Tittgoutt

12.01.2021 à 15:24

Donc on va virer des bénévoles pour engager des fonctionnaires. Lorsque ces derniers seront, comme de coutume, en grève qui gardera les enfants ? Lors des occupations que vont faire les enfants ? Couper des cartons pour faire des panneaux pour les manifs ? Est-ce que les nouveaux gardiens apprendront aux enfants à écrire leurs slogans débiles sur les cartons pou leurs prochaines manifs de grève ?

Fatal_Error

12.01.2021 à 12:27

Les crèches sont des incubateurs de Socialistes.

Quenji

11.01.2021 à 17:44

Après avoir travaillé pendant 40 ans dans la petite enfance lorsque j ai commencé les crèches étaient pour les parents qui travaillaient en usine dans l hôtellerie dans les restaurants et la vente heureusement nous étions une petit équipe d educ et nous nous sommes battus pour que beaucoup de chose changent horaires salaires n’ombres de personnes auprès des enfants congés mat 13 iemes salaire et maintenant que cela est fait je m aperçois que cela change je ne fais du soucis pour les enfants...quand à la municipalisation cela fait 15 ans que l on en parle ...alors ....je pense que les directions doivent choisir qui elles embauchent...