Actualisé

SyrieGhouta: «Les besoins sont énormes»

Dans la Ghouta orientale, des dizaines de milliers de civils veulent fuir la zone.

1 / 150
Des dizaines de milliers de civils déplacés sont rentrés dimanche chez eux dans le sud syrien à la faveur d'un accord entre les rebelles et le régime de Bachar al-Assad. (Dimanche 8 juillet 2018)

Des dizaines de milliers de civils déplacés sont rentrés dimanche chez eux dans le sud syrien à la faveur d'un accord entre les rebelles et le régime de Bachar al-Assad. (Dimanche 8 juillet 2018)

Keystone
L'EI annonce la mort d'un fils de son chef en Syrie. (Mardi 3 juillet 2018)

L'EI annonce la mort d'un fils de son chef en Syrie. (Mardi 3 juillet 2018)

Keystone
Plus d'un quart de million de Syriens ont déjà fui l'offensive du régime sur les régions rebelles du sud de la Syrie, selon l'ONU. (Lundi 2 juillet 2018)

Plus d'un quart de million de Syriens ont déjà fui l'offensive du régime sur les régions rebelles du sud de la Syrie, selon l'ONU. (Lundi 2 juillet 2018)

Keystone

Plus de 45'000 personnes ont quitté ces derniers jours la région syrienne assiégée de la Ghouta orientale, selon l'ONU. Des dizaines de milliers d'autres attendent de pouvoir partir également, a dit mardi à Genève devant la presse une porte-parole.

Après avoir planifié une aide pour 50'000 personnes, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a élargi désormais ce dispositif pour 200'000 civils dans les abris où ils sont évacués ou dans la Ghouta. Le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) a appelé à nouveau à un accès sans entrave à l'intérieur de la zone.

De nombreuses personnes manquent d'abris, de nourriture ou de soins. «Les besoins sont énormes et augmentent chaque heure», a dit un porte-parole qui a ajouté que le HCR avait distribué 180'000 paquets d'assistance. Certains doivent parfois attendre plusieurs heures pour aller aux toilettes.

Syrie: civils évacués de la Ghouta orientale

Des nouvelles évacuations sanitaires ont eu lieu vendredi depuis la ville de Douma en Syrie. 60 blessés et leurs familles devraient en tout quitter l'enclave pour recevoir un traitement médical.

Pillages et violences

Dans la région d'Afrine, dont la ville est contrôlée par les forces turques, plus de 100'000 personnes ont été déplacées. Le même nombre serait bloqué dans la région, dont une moitié d'enfants, a ajouté de son côté la porte-parole de l'UNICEF. Le HCR a pu distribuer en deux jours quelque 100'000 paquets d'aide.

Depuis dimanche, des indications laissent penser à des pillages et des violences arbitraires contre les civils à Afrine, a dit un porte-parole du Bureau de l'ONU pour les affaires humanitaires (OCHA). (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!