Cyclisme - Gino Mäder: «Je suis prêt pour le titre européen!»
Publié

CyclismeGino Mäder: «Je suis prêt pour le titre européen!»

Le cycliste bernois (24 ans), 5e du général du Tour d’Espagne, ne se cache pas: il va rouler pour la gagne dimanche (12h30) lors de la course en ligne des championnats d’Europe à Trente (Italie).

par
Sylvain Bolt
Gino Mäder a été couronné meilleur jeune de la Vuelta, une distinction jamais remportée par un Suisse dans l’histoire des grands tours (Tour de France, Tour d’Italie, Tour d’Espagne). 

Gino Mäder a été couronné meilleur jeune de la Vuelta, une distinction jamais remportée par un Suisse dans l’histoire des grands tours (Tour de France, Tour d’Italie, Tour d’Espagne).

AFP

Gino, vous sortez d’une Vuelta de folie (5e du général, meilleur jeune). Vous reste-t-il de l’énergie?

Cétait vraiment difficile. Je navais roulé quune seule fois ce Tour dEspagne, lan passé. Et c’était plus facile car je ne devais pas arriver tous les jours avec les meilleurs à larrivée. Cette année, cétait aussi dur mentalement, car il ny a eu aucune étape où je pouvais décrocher. Même les arrivées au sprint ont été dures dans la tête. Après trois semaines, je navais vraiment plus de batterie.

Quavez-vous ressenti sur le podium du Tour dEspagne?

Honnêtement, jétais tellement fatigué que je nai pas vraiment pu profiter de ce moment. Javais juste envie de rentrer dormir à lhôtel. Mais trois ou quatre jours plus tard, jai pris conscience que javais réalisé quelque chose dassez fou!

Vous étiez censé être équipier, mais finalement vous avez été quasi au niveau de votre leader Jack Haig (3e au général) sur la fin de l’épreuve…

Je savais après le Giro que je voulais rouler sur la Vuelta. Je me suis vraiment entraîné en conséquence. Je voulais être en forme pour soutenir Mikel Landa (ndlr: l’Espagnol, en méforme, a finalement abandonné la Vuelta). Cela na pas joué pour lui et on sest rendu compte que Jack Haig roulait très fort. Donc je me suis mis à son service. Et cela ma aidé, car javais un but chaque jour pour amener Jack le plus haut possible. Cela m’a boosté.

Vous avez lancé une action (un euro reversé à chaque coureur que vous devanciez sur la ligne lors de chaque étape) et vous avez même ajouté 10 euros pour chaque cycliste classé après vous au général. Résultat: 4529 euros versés à une organisation environnementale. Qui va profiter de ce geste?

J’ai fait un appel d’offres sur mon compte Twitter et c’est l’organisation néerlandaise «Justdiggit» qui m’a convaincu. Elle a la mission de reverdir l’Afrique dans les dix prochaines années. Et de planter des arbres pour lutter contre le réchauffement climatique.

Doù vous vient cette sensibilité à la cause écologique?

Nous avons passé plusieurs vacances en famille à Viège dans ma jeunesse. Nous allions sur le glacier dAletsch. Mon père nous racontait sa taille bien plus grande à l’époque. Et cétait assez impressionnant de se rendre compte de sa fonte. Le réchauffement climatique est une problématique qui nous pousse à agir!

Après lannée 2020 «Hirschi», cest lannée 2021 «Mäder» (victoire sur le Giro et le Tour de Suisse). De quoi briguer un rôle de leader dimanche dans la course en ligne des Européens de Trente?

Nous serons co-leaders avec Marc (Hirschi). Il a aussi montré quil était en forme sur le Tour du Benelux. Si nous travaillons ensemble, nous avons plus de chances de gagner la course. Jespère pouvoir profiter de mon excellente forme et je ne dirai pas non à un bon résultat. Il va aussi falloir repérer le tracé et analyser qui a les meilleures qualités pour briller. Mais je pense quon peut se compléter et se soutenir pour gagner.

Gino Mäder a remporté la 6e étape du Giro 2021 entre Grotte di Frasassi etAscoli Piceno (San Giacomo) en mai passé. 

Gino Mäder a remporté la 6e étape du Giro 2021 entre Grotte di Frasassi etAscoli Piceno (San Giacomo) en mai passé.

AFP

Avez-vous parfois souffert d’être relégué dans l’ombre de Marc Hirschi?

Pas du tout. Marc est un immense talent. Dans chaque catégorie, des U19 à lélite, il a toujours fait partie des cadors. De mon côté, jai toujours pris un peu plus de temps. Donc je ne me suis jamais inquiété. Je savais quun jour cela allait aussi payer pour moi. Je crois que jatteins gentiment ce niveau. Nous sommes également très différents. Lui est un spécialiste des classiques, voire des tours dune semaine. Et j’ai le profil dun coureur de grands tours, avec des étapes de montagne.

«Cela fait quelques semaines déjà que cette course des championnats d’Europe est mon objectif. La Vuelta n’a pas changé mon plan. Au contraire, elle m’a confirmé que j’étais prêt pour le titre européen.»

Gino Mäder, 5e de la Vuelta

Comment expliquez-vous cette génération suisse dorée?

Nous avons beaucoup dexcellents coureurs. Il y a dun côté leffet Cancellara, qui a été notre grande idole et qui nous a poussés. Il nous a montré que cétait possible de réussir en Suisse. Swiss Cycling a également réalisé du gros travail auprès des jeunes. Nous avons pu courir de nombreuses épreuves en U19 et U23, aussi à létranger. Et cela a permis de nous mêler aux coureurs internationaux très vite. Enfin, il y a une émulation qui sest instaurée au sein de cette génération de coureurs.

Les Mondiaux en Belgique suivent les Européens. Mais ce parcours relativement plat dans les Flandres n’est pas taillé pour vous. Allez-vous faire l’impasse?

Je dois encore voir ça avec le sélectionneur national Michael Albasini. Je ne sais pas si je peux être utile à léquipe de Suisse. Le tracé ne correspond pas à mes qualités, il est trop plat. Cela na pas de sens si je suis un handicap pour léquipe.

Ce dimanche, vous visez le titre de champion dEurope (12h30)?

Oui. Cela fait quelques semaines déjà que cette course des championnats d’Europe est mon objectif. La Vuelta na pas changé mon plan. Au contraire, elle ma confirmé que jétais prêt pour le titre européen.

Avez-vous eu suffisamment de jours de repos?

Oui, jai fait deux jours sans vélo, jai repris lentraînement mercredi. Là, je ne vais plus trop mentraîner, juste rester dans le rythme. Jespère être prêt dimanche.

Vous êtes en pleine confiance, avec la certitude aussi d’avoir de la constance sur trois semaines, comme vous l’avez prouvé sur la Vuelta.

Ce Tour dEspagne a confirmé que je pouvais rouler avec les meilleurs en troisième semaine pour aider mes leaders. Et peut-être aussi, moi-même, un jour, pouvoir être le leader lors dun grand tour.

Votre statut a-t-il changé au sein de léquipe Bahrain Victorious?

Cest encore un peu tôt pour le dire. Je ne sais pas encore sur quels tours je serai aligné la saison prochaine. Mais je peux mimaginer que je puisse être aligné comme co-leader, voire comme leader si ma préparation hivernale est bonne.

Quels sont vos objectifs la saison prochaine?

Jai le podium du Tour de Suisse dans le viseur.

Vous êtes le cycliste suisse capable de gagner un grand tour dans les prochaines années. Ressentez-vous de la pression?

Non, je ne ressens pas de pression particulière. Cest encore trop tôt, cest seulement la première fois que je me suis illustré dans un classement général. Il va falloir confirmer cela avant de réellement ressentir cette pression. Mais mon but est de me profiler comme un potentiel vainqueur de grands tours. Il faudra voir lannée prochaine et celle daprès si cet objectif est réaliste.


Ton opinion

1 commentaire