Publié

CyclismeGiscard, l’homme qui a révolutionné le Tour de France

L’ancien président de la République Valéry Giscard d’Estaing, décédé le 2 décembre dernier, a amené la Grande Boucle sur les Champs-Elysées en 1975. Il lui a ainsi donné une nouvelle dimension.

par
Claude-Alain Zufferey
Le président Valéry Giscard d'Estaing entre Bernard Thévenet et Eddy Merckx. Lors de cette arrivée 1975, Joop Zoetemelk, Walter Godefroot, Francesco Moser et Lucien Van Impe étaient aussi montés sur le podium.

Le président Valéry Giscard d'Estaing entre Bernard Thévenet et Eddy Merckx. Lors de cette arrivée 1975, Joop Zoetemelk, Walter Godefroot, Francesco Moser et Lucien Van Impe étaient aussi montés sur le podium.

AFP

Valéry Giscard d’Estaing s’en est allé le 2 décembre dernier, à l’âge de 94 ans. Les hommages qui lui ont été rendus jusqu’ici n’ont pas présenté l’ancien président de la République française au travers du sport. Amateur de ski et de tennis, il a accompagné les grandes compétitions sportives tricolores durant son mandat.

Mais ce qui restera son plus gros coup d’éclat dans le monde du sport, c’est le fait d’avoir révolutionné le Tour de France. Il n’a pas touché aux fondamentaux de cette épreuve mythique, il lui a simplement donné un cadre d’arrivée majestueux: les Champs-Elysées. En 1975, cette idée aurait été soufflée à «VGE» par l’ancien présentateur du journal télévisé Yves Mourousi. Le président l’a validée.

Des arrivées moins prestigieuses

Avant cette date, la Grande Boucle est arrivée jusqu’en 1967 au Parc des Princes, puis au vélodrome du Bois de Vincennes. Autant dire que la Cipale n’était pas le lieu idéal pour offrir une arrivée spectaculaire et mettre Paris en avant en mondovision.

À l’époque, c’est Jacques Goddet qui était directeur du Tour de France. Il avait tenté de faire déplacer l’arrivée au centre de Paris, mais la préfecture de police avait toujours refusé l’idée, prétextant qu’elle n’allait pas bloquer tout un secteur de la capitale pour 150 cyclistes. Et qui plus est, juste après le 14 juillet. Valéry Giscard d’Estaing ne lui a pas vraiment laissé le choix et la première arrivée sur les Champs s’est effectuée le 20 juillet 1975.

Le maillot remis à Thévenet n’avait pas de publicité, mais il était légèrement transparent, de manière à également satisfaire les sponsors.

Le maillot remis à Thévenet n’avait pas de publicité, mais il était légèrement transparent, de manière à également satisfaire les sponsors.

AFP

En grand communicateur, le président a souhaité remettre le maillot jaune au vainqueur final de l’épreuve. Ce fut cette année-là Bernard Thévenet, qui avait réussi l’exploit de battre Eddy Merckx. Il a également demandé que soit joué «Le Chant du départ» et que la tunique jaune ne comporte aucune publicité. Valéry Giscard d’Estaing a donc été le premier président de la République à participer à cette cérémonie. Cela reste d’ailleurs toujours unique dans la discipline.

«Il m’avait dit qu’il était très heureux que ce soit un Français qui l’emporte.»

Bernard Thévenet

Pour Bernard Thévenet, cette remise de maillot restera à jamais gravée dans sa mémoire. «Il avait donné un côté encore plus grandiose à la cérémonie», a expliqué le double vainqueur du Tour dans Ouest France. «C’était quelque chose d’extraordinaire qu’il soit présent. Il m’avait dit qu’il était très heureux que ce soit un Français qui l’emporte, mais aussi qu’Eddy Merckx n’avait pas démérité, qu’il s’était battu jusqu’au bout et qu’il avait beaucoup apprécié.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
7 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

MessieLePresident

09.12.2020 à 18:31

Avec Macron et les copains de l UE,du travail jetè a poubelle .

Labbe Thyse

09.12.2020 à 18:26

Ici c'est la Suisse. C'est le tour de Romandie qui nous interresse, pas une course de frouzes

Pas pour tous le monde

09.12.2020 à 17:50

Et l'homme qu'a refuser l'aide du gouvernement espagnol pour se proteger y se defendre du Groupe terroriste vasque ETA, qui a tue plus de 1000 personnes, donc 300 encore dans l’impunité, sans connaitre ses assassin..... Valéry Giscard d’Estaing, l'homme qu'a méprise l'Espagne et que'a étés declare personne non grata dans certain communites, merci M. l'importante.