Actualisé 13.03.2013 à 16:15

TessinGiuliano Bignasca maintenu sur la liste

Malgré son décès la semaine passée, Giuliano Bignasca sera bel et bien candidat à l'exécutif de Lugano.

Les Luganais pourront réellement voter pour un mort le 14 avril. Le nom de Giuliano Bignasca, le président de la Lega décédé la semaine passée, est définitivement maintenu sur la liste de son parti pour les élections à l'exécutif de Lugano, ont confirmé mercredi les autorités communales sur leur page internet.

Fils du défunt et premier signataire de la liste de la Lega, Boris Bignasca, a décidé de laisser le nom de son père en tête de liste, a annoncé le président du Conseil municipal Giorgio Giudici (PLR) dans un communiqué.

Le canton a déjà donné son accord, mais les opposants peuvent faire recours dans les trois jours, précise-t-il. Du point de vue de la procédure, la candidature d'un mort ne présente pas de problème. Les élections communales à Lugano s'effectuent au système proportionnel.

La décision maintenir le nom de M.Bignasca correspond aux dispositions prévues par le droit fédéral pour le système proportionnel, a expliqué à l'ats la Chancellerie fédérale. La constitution fédérale prévoit qu'un candidat décédé après la date limite du dépôt des listes reste inscrit sur celles-ci.

Les voix allant au défunt comptent comme suffrages de parti. Si le candidat décédé obtient un siège, celui classé après lui le reprend.

Recours possible de Bernasconi

Le fait que la Lega puisse aller à la pêche aux voix en misant sur la popularité d'un mort ne plaît pas à tout le monde au Tessin. Les Verts ont notamment dénoncé une manoeuvre politique.

L'avocat et fervent opposant de la Lega, Paolo Bernasconi, est convaincu qu'un candidat décédé doit être biffé du registre des électeurs et de fait également d'une liste électorale.

Un groupe de citoyens a d'ailleurs fait une demande à la Ville de Lugano pour enlever le nom de la liste, a indiqué mercredi à l'ats Paolo Bernasconi. L'ancien procureur envisage de son côté de faire recours devant le Tribunal administratif.

Selon M. Bernasconi, les élections ne risquent pas d'être reportées pour autant. Dans des cas urgents, les décisions sont rapidement prises et il y a toujours la possibilité de s'adresser au Tribunal fédéral, rappelle-t-il. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!