Parfumerie: Givaudan a amélioré ventes et bénéfice

Actualisé

ParfumerieGivaudan a amélioré ventes et bénéfice

Le groupe genevois a vu son chiffre d'affaires s'améliorer de 6,1% pour s'établir à 4,7 milliards de francs.

Le groupe genevois est numéro un mondial des arômes et des parfums.

Le groupe genevois est numéro un mondial des arômes et des parfums.

Keystone

L'année 2016 va laisser à Givaudan un goût de croissance. Le groupe genevois, numéro un mondial des arômes et parfums, a enregistré une hausse du bénéfice net de 3,1% à 644 millions de francs. Son président va se retirer.

Le chiffre d'affaires s'est amélioré de 6,1% pour s'établir à 4,7 milliards de francs, a indiqué mardi le groupe basé à Vernier (GE). A base comparable, il progresse de 4,2%.

«Malgré la poursuite d'un environnement de marché volatile» en 2016, «nous avons fait un début solide» vers l'objectif de 2020, a indiqué le directeur général Gilles Andrier dans le rapport annuel. A l'horizon 2020, et en moyenne sur une période de cinq ans, la société vise à faire mieux que le marché. Elle souhaite une croissance du chiffre d'affaires de 4% à 5% et un flux de trésorerie de 12% à 17% du chiffre d'affaires.

Pour 2017, le patron s'attend à nouveau à un changement dans le marché. Le groupe est prêt à poursuivre ses acquisitions. Sa nouvelle organisation pour offrir des services et des solutions aux clients sera progressivement appliquée.

Europe compensée

Gilles Andrier se réjouit d'une croissance avec celle des clients. Par région, le chiffre d'affaires était à nouveau bas en Europe, mais il a été compensé par les bons résultats en Asie et sur le continent américain.

Par secteur, la division Parfums a réalisé un chiffre d'affaires de 2,23 milliards de francs, en croissance de 6,4% ( 5,6% sur une base comparable). La division Arômes a vu ses ventes augmenter de 5,8% ( 3% sur une base comparable), à 2,43 milliards. La marge brute a toutefois légèrement reculé de 46,2% à 45,6%, pénalisée surtout par celle de l'activité récemment acquise Spicetec Flavors.

Le bénéfice opérationnel avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements (EBITDA) ressort en hausse de 5,2% ( 3,7% en monnaies locales), à 1,13 milliard de francs. La marge correspondante a légèrement baissé à 24,1%, contre 24,3% l'année précédente.

Opérationnel en augmentation

Le groupe a pu s'appuyer sur un gain exceptionnel net de 62 millions de francs, en raison de changements dans le plan de retraite. Un aménagement similaire en 2015 n'avait contribué qu'à un gain de 20 millions.

Côté résultat opérationnel, l'augmentation atteint un peu plus de 8% (10,2% à base comparable) pour s'établir à 875 millions de francs, contre 794 millions l'année précédente. La marge d'exploitation est aussi plus importante et s'affiche à 18,8%.

Les coûts de financement ont eux baissé à 51 millions de francs contre 61 millions en 2015. En revanche, les autres charges, nettes de revenus, progressent de 3 millions à 40 millions.

Nouveau président

Une baisse a été observée dans les flux de trésorerie opérationnels. Il a atteint 805 millions de francs, contre 915 millions l'année précédente. Le ratio par rapport au chiffre d'affaires recule de 20,8% à 17,3%.

Le groupe considère sa situation financière comme solide. Fin 2016, la dette nette s'établissait à 930 millions de francs, en hausse par rapport aux près de 680 millions de 2015. Le ratio d'endettement s'étend de 15 à 19%. Après les résultats en croissance, le groupe propose un dividende de 56 francs par action, en hausse de 3,7%.

Au total, le groupe employait près de 10'500 employés à fin 2016. Le dispositif s'est étoffé de près de 1500 personnes en un an.

Le président du conseil d'administration Jürg Wittwer ne se présente pas à un nouveau mandat. Le vice-président Calvin Grieder devrait lui succéder lors de l'assemblée générale du 23 mars prochain. Et Werner Bauer devrait par ailleurs prendre sa place comme numéro deux.

A la Bourse suisse, Givaudan faisait office de lanterne rouge parmi les 20 valeurs vedettes du Swiss Market Index (SMI). Les observateurs attendaient mieux du groupe genevois. A la clôture, l'action a décroché de plus de 4%, dans un marché en légère baisse. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion