Glass Animals a galéré pour pondre son tube
Publié

PopGlass Animals a galéré pour pondre son tube

«Heat Waves», du groupe britannique de pop, est le 2e titre le plus écouté sur Spotify en Suisse. Ce n’était pourtant pas gagné d’avance.

par
Fabien Eckert
Glass Animals, fondé en 2010 par Dave Bayley (premier plan), a trois albums à son actif.

Glass Animals, fondé en 2010 par Dave Bayley (premier plan), a trois albums à son actif.

DR

«Heat Waves», tiré de l’album «Dreamland» sorti en août 2020, est l’un des singles les plus streamés du moment. Il cumule plus d’un demi-milliard d’écoutes sur Spotify. Et dire que ce hit aurait pu ne jamais voir le jour!

«L’histoire de ce morceau commence en mai 2018. J’avais loué un studio au nord de Londres. J’y avais passé une journée complètement improductive à faire de la merde. Prêt à rentrer chez moi, j’ai voulu essayer une dernière fois à la guitare et une mélodie m’est enfin venue», a raconté Dave Bayley au micro de la BBC. Le leader de Glass Animals, 32 ans, voulait trouver des accords d’abord joyeux, puis tristes, puis nostalgiques et de nouveau joyeux: «Ce que tu entends dans le titre est très proche de la démo d’origine.» Une démo qu’un certain Johnny Depp a pu écouter en primeur. «Je venais de la passer dans les enceintes quand j’ai entendu un type qui jouait du piano, parfaitement dans la tonalité du titre. C’était Johnny Depp, s’est souvenu le chanteur. Il a dû se perdre en allant aux toilettes alors qu’il travaillait dans une pièce adjacente du studio.»

L’histoire du clip de «Heat Waves» est aussi insolite. Bayley a enrôlé ses voisins, dans le quartier de Hackney à Londres, pour l’aider à le tourner lors du premier confinement. «J’ai glissé un mot sous les portes. Je demandais qu’ils me filment depuis chez eux à 7h du matin alors que je marchais dans la rue. Je n’arrive pas à croire que ça ait fonctionné», a raconté l’artiste. 

Ton opinion

1 commentaire