Matières premières: Glencore cède 40% de l'un de ses secteurs
Actualisé

Matières premièresGlencore cède 40% de l'un de ses secteurs

C'est pour 2,4 milliards de francs que le géant suisse a vendu ses parts dans sa branche produits agricoles.

Glencore veut réduire son endettement.

Glencore veut réduire son endettement.

photo: Keystone

Glencore continue de réduire sa dette. Le numéro un mondial des matières premières cède à cet effet une part de 40% d'Agricultural Products, sa division des produits agricoles, au fonds de pension canadien CPPIB. La transaction se monte à 2,5 milliards de dollars (2,4 milliards de francs).

La transaction, qui nécessite encore l'approbation des autorités de la concurrence concernées, valorise les activités d'Agricultural Products à 6,25 milliards de dollars (5,99 milliards de francs), précise mercredi le groupe établi à Baar (ZG). L'opération, dont le produit se destine à réduire la dette de Glencore, devrait être finalisée en seconde partie d'année.

Dix milliards d'actifs

A l'issue de la transaction, l'Office d'investissement du régime de pensions du Canada (CPPIB) disposera de deux représentants au sein du conseil d'administration d'Agricultural Products. Il disposera également de droits de vote proportionnels à sa participation.

Agricultural Products a réalisé l'an passé un résultat d'exploitation avant intérêts et impôts (EBIT) de 524 millions de dollars. A fin décembre, ses actifs se montaient à plus de 10 milliards de dollars. La division exploite notamment 200 structures de stockage, 31 usines de traitement ainsi que 23 ports sur l'ensemble de la planète.

Exercice 2015 bouclé dans le rouge

Pour mémoire, le géant anglo-zougois a bouclé 2015 sur une perte de 8,1 milliards de dollars, après un bénéfice de 2,4 milliards l'année précédente. Son chiffre d'affaires a chuté de 23% à 170,5 milliards de dollars.

Si Glencore a notamment souffert de la chute des cours des métaux et du pétrole, sa performance a aussi été plombée par de lourdes dépréciations d'actifs, des effets de change défavorables et des amortissements. A fin décembre 2015, la dette du groupe se montait à 25,9 milliards de dollars, un montant réduit de 15% en un an à la faveur de la suspension de production de certaines mines et la vente d'actifs. (nxp/ats/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion