Glenn Ford n'est plus
Actualisé

Glenn Ford n'est plus

L'acteur américain, qui a campé des personnages puissants et profonds dans des films tels que «Graine de violence», «Gilda» et «Il faut marier papa», est décédé à l'âge de 90 ans, a annoncé la police.

Les services médicaux dépêchés mercredi à son domicile de Beverly Hills, à Los Angeles, l'ont retrouvé mort, selon Terry Nutall, un policier qui a précisé qu'aucune cause suspecte n'était envisagée.

L'acteur américain d'origine québécoise avait subi une série d'attaques dans les années 1990. Le 1er mai dernier, sa santé fragile l'avait contraint à annuler une fête en forme d'hommage organisée pour ses 90 ans au célèbre théâtre égyptien Grauman de Hollywood.

Sidney Poitier, son partenaire dans «Graine de violence» (The Blackboard Jungle), se souviendra de lui comme d'un «remarquable acteur». «Il avait ces qualités magiques qui sont intangibles et qui crèvent immédiatement l'écran. C'était une star», a-t-il dit en apprenant le décès de Glenn Ford.

Connu pour ses nombreux rôles dans des films westerns et policiers, l'artiste prolifique jouera notamment dans deux classiques du film noir: d'abord sous la direction du réalisateur allemand Fritz Lang dans «Règlements de compte» (The Big Heat) et sous Charles Vidor dans «Gilda», où il donne la réplique à la plantureuse rousse Rita Hayworth.

Né à Sainte-Christine-d'Auvergne près de Québec le 1er mai 1916, Glenn Ford s'installe avec sa famille en Californie à l'âge de huit ans. D'abord attiré par la médecine, il est gagné par le théâtre avant d'être remarqué par un dépisteur et fait ses débuts dans un long métrage au cinéma en 1939 dans «Heaven with a Barbed Wire Fence» (Paradis avec barrière de barbelé).

Durant la Seconde Guerre mondiale, il s'enrôlera dans la Marine et sera envoyé en France.

Il poursuivra ensuite sa longue carrière de 53 ans constituée d'un grands nombre de films westerns, policiers, d'action, mais aussi de comédies. Sa filmographie compterait 85 oeuvres, de 1939 à 1991, selon «The Film Encyclopedia».

Outre ses rôles dans «Gilda» et «Règlements de compte», on retiendra son rôle de professeur face à une classe rebelle dans «Graine de violence» de Richard Brooks et sa performance de jeune veuf dans «Il faut marier papa» de Vicente Minnelli. Incarnation de l'Américain moyen, il savait également se montrer mystérieux voire inquiétant. Il jouera aussi les cowboys avec une humanité généreuse, notamment dans «3h10 pour Yuma», «Cowboy», «Texas» et «La première balle tue» (The Fastest Gun Alive).

Il apparaîtra par ailleurs dans des films de guerre tels que «Paris brûle-t-il?» ou «La bataille de Midway». Parmi ses rôles les plus récents, on le retrouvera dans le «Superman» de 1978, où il jouait le père adoptif de Clark Kent.

Dans les années 1970, il fera ses débuts à la télévision dans «The Brotherhood of the Bell» et jouera également dans «La famille Holvak».

Sa dernière apparition au cinéma date de 1993 dans «Tombstone».

Marié à trois reprises, Glenn Ford avait un fils. (ap)

Ton opinion