Actualisé 21.12.2016 à 20:36

Etats-Unis

Google accusé de bâillonner ses salariés

Pour se prémunir contre des fuites d'infos, la firme inciterait à la délation et à la dissimulation d'activités douteuses.

de
laf

Google applique une politique interne de confidentialité illégale, accuse un ex-reponsable produit du géant américain dans une plainte déposée en justice. La firme aurait mis en place tout un système pour éviter des fuites d'informations préjudiciables vers des autorités chargées d'appliquer la loi ou vers des médias.

Ainsi, les employés n'auraient pas le droit d'évoquer des activités controversées, y compris auprès du service juridique interne. La plainte accuse Google d'obliger les salariés à n'inclure dans leurs e-mails aucune référence à une possible violation des termes d'un contrat, d'une loi ou au contournement d'une législation.

Les salariés seraient aussi encouragés à dénoncer leurs collègues s'ils sont soupçonnés de livrer des infos à des individus extérieurs.

Selon l'auteur de la plainte, un cofondateur de Google aurait rappelé lors d'une réunion d'entreprise que «toute personne qui serait l'auteur de fuites d'informations confidentielles serait éliminée». Ni Larry Page ni Sergeï Brin ne sont expressément cités. Qu'est ce qui est classé comme information confidentielle chez Google? «Tout», assure le plaignant.

Si les clauses de confidentialité venaient à être jugées contraires à la loi californienne sur le travail, Google pourrait le payer chèrement. Selon les estimations du site TheInformation, la facture totale pourrait atteindre au total 3,8 milliards de francs, dont un dédommagement de près de 15'000 fr. pour chacun des quelque 61'000 employés.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!