Android - Google ne fera plus payer les moteurs de recherche tiers
Publié

AndroidGoogle ne fera plus payer les moteurs de recherche tiers

Le géant du web renonce à son système d’enchères pour apparaître dans la liste des alternatives à Google Search sur Android.

par
Michel Annese
En Europe, les utilisateurs d’un smartphone Android pourront choisir parmi douze moteurs de recherche par défaut.

En Europe, les utilisateurs d’un smartphone Android pourront choisir parmi douze moteurs de recherche par défaut.

AFP

L’annonce arrive quelques jours seulement après que Google s’est vu infliger une amende de 220 millions d’euros (quelque 240 millions de francs) par l’Autorité française de la concurrence pour avoir favorisé ses propres services dans le domaine de la publicité en ligne. Dans un billet de blog, le géant de Mountain View a pris une décision qui mettra tous les moteurs de recherche concurrents sur un pied d’égalité en Europe: il ne leur fera plus payer de commissions pour apparaître comme alternative à Google Search sur le système mobile Android.

Pour rappel, sanctionné en 2018 d’une amende de 4,34 milliards d’euros par l’Union européenne pour abus de position dominante, Google avait mis en place à partir de 2019 un écran multichoix qui proposait aux utilisateurs de choisir parmi quatre moteurs de recherche, dont le sien, pour en faire celui par défaut sur leurs smartphones Android lors de la première configuration. Mais pour apparaître sur la liste, les moteurs de recherche tiers devaient se soumettre à un système d’enchères. Renouvelé chaque trimestre, il a été particulièrement critiqué par les plateformes ne générant pas d’importants revenus issus de l’affichage de publicités.

«À la suite des commentaires de la Commission, nous apportons quelques modifications finales à l’écran multichoix, notamment en rendant la participation gratuite pour les fournisseurs de services de recherche éligibles. Nous allons également augmenter le nombre de fournisseurs de services affichés à l’écran», a écrit Google. Le groupe proposera douze moteurs de recherche au choix, contre quatre jusqu’ici.

Concurrents pas totalement satisfaits

De quoi ravir les utilisateurs européens et satisfaire la concurrence. «Avec cela, nous avons quelque chose qui ressemble à des règles du jeu équitables sur le marché. Les fournisseurs de services de recherche ont désormais la possibilité de se livrer à une concurrence plus loyale sur le marché Android, en fonction de l’attrait de leur produit, plutôt que d’être exclus par un comportement monopolistique», a déclaré, Christian Kroll, patron d’Ecosia.

«Google fait maintenant ce qu’il aurait dû faire il y a trois ans; un menu de préférences de recherche gratuit sur Android au sein de l’UE. Cependant, cela devrait être mis en place sur toutes les plateformes (par exemple aussi sur le desktop de Chrome), accessible à tout moment (c’est-à-dire pas seulement lors d’une réinitialisation d’usine) et dans tous les pays», a tempéré sur Twitter Gabriel Weinberg, patron de DuckDuckGo.

Ton opinion

2 commentaires