Street View: Google propose de nouvelles mesures de floutage
Actualisé

Street ViewGoogle propose de nouvelles mesures de floutage

Google propose des améliorations de son nouveau service Street View pour assurer une meilleure protection des données.

La société va optimiser ces prochaines semaines le floutage des visages et des plaques d'immatriculation. Elle précisera aussi davantage l'horaire de passage de ses voitures munies de caméras.

Le préposé fédéral à la protection des données Hanspeter Thür va étudier si les mesures que les représentants de Google lui ont présentées mercredi «protègent suffisamment la sphère privée». Il fera part la semaine prochaine de ses conclusions et de la suite de la procédure, a-t-il indiqué dans un communiqué.

Une première rencontre entre Hanspeter Thür et les représentants de Google avait eu lieu le 25 août. Le haut fonctionnaire leur avait donné une semaine pour présenter des propositions d'amélioration de Street View. A sa mise en ligne il y a deux semaines, M. Thür avait même exigé le retrait de ce service permettant de se promener virtuellement dans sept villes suisses.

Adaptation aux plaques suisses

»Nous avons travaillé très dur pour satisfaire aux demandes spécifiques du préposé suisse à la protection des données», a expliqué aux médias Peter Fleischer dans une conférence téléphonique. Ces efforts sont permanents concernant les plaques minéralogiques, a précisé le responsable de la protection des données chez Google.

La technologie utilisée pour le floutage est en effet adaptée aux plaques minéralogiques de l'Union européenne. Elle doit encore l'être à celles, plus petites, de la Suisse. Le floutage fonctionne actuellement dans 98% des cas, estime Peter Fleischer sur la base d'analyses effectuées durant la semaine écoulée.

»Totalement légal»

»Nous sommes convaincus que Street View est totalement légal», écrit Google. Et le géant informatique de réaffirmer sa conviction que ce service est précieux pour ses utilisateurs suisses.

Google rappelle que Street View permet à ses utilisateurs de demander le floutage de photos de leur propre personne, de leurs proches, de leur voiture ou de leur maison. Pour l'heure toutefois, seule une proportion d'une photo panoramique sur 20'000 a fait l'objet d'une telle demande.

L'entreprise a reçu plus d'un millier de réclamations durant la première semaine d'exploitation en raison de visages ou de plaques d'immatriculation pas assez floutés. L'entreprises a renoncé provisoirement à mettre en ligne d'autres régions.

(ats)

Ton opinion