Internet: Google se voit libraire en ligne d'ici à la fin juillet

Actualisé

InternetGoogle se voit libraire en ligne d'ici à la fin juillet

Le groupe internet Google a annoncé mardi qu'il allait commencer à vendre des livres numérisés d'ici à la fin juillet, avec l'accord des éditeurs.

Google va vendre des livres numérisés, dès la fin juillet.

Google va vendre des livres numérisés, dès la fin juillet.

Il n'attendra pas que la justice tranche sur la solution trouvée concernant les oeuvres tombées dans le domaine public.

Cette librairie virtuelle, baptisée Google Editions, «sera sans préférence d'appareil et lancée d'ici à la fin juillet», a indiqué à l'AFP un porte-parole de Google, Gabriel Stricker.

Cette annonce signifie que tout appareil de lecture numérique, y compris la tablette iPad d'Apple, un téléphone portable ou un ordinateur, permettra d'accéder à cette librairie virtuelle, qui proposera des livres que les éditeurs eux-mêmes veulent voir vendus en ligne, selon Google.

Dès la foire du livre de Francfort, en octobre, Google avait indiqué qu'il entendait lancer cette année son service Google Editions, avec une offre de plusieurs centaines de milliers d'ouvrages.

Cette offre concurrencera celle d'Amazon, qui d'une part vend la tablette de lecture Kindle, leader sur le marché, mais aussi tient une librairie virtuelle, Kindle, riche de plus de 500'000 titres et accessible également sur ordinateur et sur les iPad, iPhone et iPod d'Apple.

Apple lui-même a lancé à l'occason de la sortie de l'iPad, vendu depuis un mois aux Etats-Unis, son service iBookstore, permettant d'acheter des titres numérisés, avec le soutien de cinq des six principaux éditeurs américains.

En octobre Google avait annoncé que, tout comme Apple, il laisserait les éditeurs fixer le prix des livres, et qu'il prélèverait 55% des bénéfices, dont une large partie serait reversée aux libraires. Google a déjà numérisé plus de 12 millions de livres.

Jugement attendu

Par ailleurs Google, des éditeurs et des écrivains américains attendent toujours qu'un juge new-yorkais se prononce sur leur accord annoncé en octobre 2008.

Cet accord prévoit le versement de 45 millions de dollars pour dédommager les auteurs et éditeurs dont les oeuvres auraient été numérisées sans autorisation, et établit un fonds doté de 30 millions de dollars pour rémunérer les ayants droit acceptant que leurs livres soient numérisés.

(ats)

Ton opinion