Santé: Gourdes personnelles pour les sports collectifs
Actualisé

SantéGourdes personnelles pour les sports collectifs

A l'heure où la grippe A menace,
les fédérations sportives recommandent aux athlètes de boire chacun dans leur propre gourde.

par
Julien Caloz

«Si j'étais dirigeant d'un club de foot, je demanderais à chacun de mes joueurs d'avoir leur propre gourde.» Directeur de la Swiss Football League, Edmond Isoz ne peut néanmoins pas imposer aux équipes suisses «cette idée tout bête contre les maladies virales».

A Neuchâtel Xamax, le médecin du club (et de l'équipe de Suisse) Roland Grossen prône néanmoins le changement de comportement. «J'ai exigé que les boissons soient individualisées. Et lors des matches où des gourdes à usage collectif sont disposées autour du terrain, les joueurs doivent garder une distance entre le visage et la bouteille lorsqu'ils se rafraichissent.»

Les prescriptions ont également rallié les vestiaires de hockey. «Chacun doit avoir sa gourde, c'est très important», a insisté Jean-Claude Küttel, médecin de la Ligue suisse. «En équipe nationale, les sélectionnés disposent de leur propre bidon depuis longtemps.» Au-delà des mesures d'hygiène, la grippe A(H1/N1) a ammené le docteur des hockeyeurs à innover. «Je souhaite que chaque joueur se désinfecte les mains en entrant et en sortant du vestiaire.» Au cas où la démarche s'avérerait inefficace, «la plupart des médecins de clubs ont déjà acheté du Tamiflu», selon Küttel.

Moins attentionnée, la Ligue nationale de basket se réunira le 19 septembre afin d'envisager d'éventuelles restrictions, alors que le LUC (volley-ball) s'est d'ores et déjà organisé. «Les joueurs prennent leur linge personnel, a dévoilé le directeur technique George-André Carrel. On envisage également de changer les rituels, en diminuant par exemple les contacts entre les joueurs lors des manifestations de joie.»

Ton opinion