10.08.2020 à 16:52

GenèveGoût de bouchons prononcé au bout du lac Léman

Contrairement à d’autres années, le trafic motorisé n’a pas connu de baisse depuis le début des vacances scolaires.

de
mpo
Cet été, le trafic ne s’est pas fluidifié.
Cet été, le trafic ne s’est pas fluidifié.KEYSTONE

D’habitude, une fois les bancs de l’école libérés de leurs occupants, les automobilistes respirent. Durant les deux mois de pause estivale, Genève connaît, en moyenne, une baisse de 10% du trafic motorisé. Un chiffre qui peut paraître modeste, mais qui, sur le terrain s’avère décisif: la circulation redevient fluide. Or, cette année, a appris la RTS, ce creux n’a pas été observé.
Le constat est tiré de capteurs installés par le canton en différents points de la ville. Les relevés sont implacables, pas ou peu de répit pour celles et ceux qui se déplacent. Selon les autorités, le coupable est tout trouvé: le Covid. «Les gens sont moins partis en vacances cet été et certains privilégient la voiture aux transports publics», a relevé Roland Godel, porte-parole du Département des infrastructures. A cela, il faut ajouter les traditionnels chantiers estivaux. De nombreux travaux sont en effet planifiés durant les vacances afin de minimiser les nuisances. Cette année, ils sont plus nombreux, essentiellement parce qu’aux projets prévus de longue date, sont venus s’ajouter ceux retardés par le Covid. «Il y a un nombre très élevé de chantiers ouverts sur des axes importants», a remarqué un scootériste genevois. Plus de monde et plus de perturbations, le combo perdant pour les automobilistes genevois. 

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!