Actualisé 06.08.2008 à 06:51

Grabuge pendant le dernier relais de la flamme

La police chinoise a arrêté mercredi quatre manifestants étrangers qui avaient déployé une banderole pour un «Tibet libre» à Pékin.

La flamme olympique a pour sa part commencé dans les rues de la capitale son dernier relais avant les Jeux.

Les quatre manifestants brandissaient des drapeaux tibétains et des banderoles disant "Un monde, un rêve: le Tibet libre", a fait savoir l'organisation "Etudiants pour un Tibet libre" dans un communiqué transmis par courrier électronique. L'une des banderoles était en langue chinoise.

Trois hommes et une femme s'étaient réunis aux abords du "Nid d'oiseau", le stade où aura lieu, vendredi, la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques, a précisé l'agence Chine nouvelle, qui les a présentés comme des ressortissants britanniques. "Etudiants pour un Tibet libre" a affirmé pour sa part qu'il s'agissait de Britanniques et d'Américains.

Une heure

Deux des hommes ont escaladé des poteaux électriques pour déployer la banderole, a ajouté l'agence. Elle a ajouté que les policiers sont arrivés sur les lieux 12 minutes plus tard et ont interpellé les quatre personnes.

Selon l'organisation Etudiants pour un Tibet libre, les messages ont été visibles pendant une heure. La manifestation visait à faire passer le message de façon spectaculaire à quelques jours des JO, a souligné Tenzin Dorjee, directeur adjoint de l'organisation.

Les étapes internationales du relais de la flamme ont été marquées par de nombreuses et parfois violentes manifestations contre le régime chinois. De nombreuses organisations de défense des droits de l'homme ont dit vouloir profiter des Jeux pour protester contre la politique chinoise, notamment vis-à-vis du Tibet.

Flamme olympique

Plusieurs milliers de soldats et policiers ont été déployés dans la capitale chinoise, où la flamme olympique doit circuler trois jours avant d'être illuminée pendant la cérémonie d'ouverture. Elle a entamé mercredi dans la Cité interdite son dernier relais dans les rues de Pékin.

Une foule enthousiaste a assisté au départ de ce périple sur la Place Tiananmen. Plusieurs milliers de Pékinois brandissaient des drapeaux olympiques et chinois et scandaient "Allez les Jeux! Allez la Chine!". Il y avait également des milliers de soldats et de policiers.

Le parcours de trois jours, empreint de patriotisme et entouré d'un dispositif de sécurité particulièrement renforcé, doit conduire la flamme jusqu'au "Nid d'oiseau".

"Ce n'est pas seulement du sport, c'est l'image de la Chine", a déclaré Xi Li, un des milliers de spectateurs triés sur le volet par les autorités pour applaudir la flamme à l'entrée de la Cité interdite. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!