Valais - Grâce à Tamoil, le Chablais peut envisager son projet du siècle
Publié

ValaisGrâce à Tamoil, le Chablais peut envisager son projet du siècle

Tamoil Suisse SA et la commune de Collombey-Muraz ont dévoilé les grandes lignes d’un projet hors-norme. Celui-ci doit permettre de créer des milliers d’emplois sur la zone de la raffinerie, à l’arrêt depuis 2015.

par
Fabrice Zwahlen
Il ne devrait plus subsister de traces de l’actuelle raffinerie de Collombey-le-Grand en 2025.

Il ne devrait plus subsister de traces de l’actuelle raffinerie de Collombey-le-Grand en 2025.

20 minutes

Depuis un peu plus d’un an, Tamoil Suisse SA (TSSA) a choisi de réaffecter la parcelle sur laquelle se situe encore la raffinerie de Collombey-le-Grand (VS). Plusieurs centaines de millions de francs devraient être investies dans un projet qui doit progressivement voir le jour sur une vingtaine d’années. «On espère que cela permettra de créer 4 à 5000 postes de travail», ose le président de la commune de Collombey-Muraz, Olivier Turin.

TSSA projette de créer un pôle technologique basé sur la transition énergétique, divers quartiers industriels et une gare. Celle-ci permettra aux futures entreprises présentes sur le site de pouvoir acheminer leur fret via la ligne du Simplon et la gare de Saint-Triphon (VD). TSSA envisage également la création d’un pôle d’activité de sports et de loisirs. Un hôtel pourrait y voir le jour. Enfin, un volume de surfaces à définir sera rendu aux agriculteurs. L’ensemble du projet sera mené conjointement par la commune et la société pétrolière. Cette dernière demeure propriétaire de sa parcelle de 116 hectares, sur un total de 147.

Financement venu de Berne?

«L’objectif est de desservir l’ensemble du site, par le train», précise Stéphane Trachsler, le porte-parole de TSSA. Un pont sera notamment construit au-dessus du Rhône. Une partie du financement pourrait venir de Berne si cette mesure, incluse dans le projet d’agglomération de quatrième génération de la région, est retenue par la Confédération.

Des espaces verts et de détente ainsi que des voies de mobilité douce font partie intégrante du concept, afin de rapprocher les villages environnants. «Nous avons déjà reçu plus d’une dizaine de demandes d’entreprises intéressées», dévoile le représentant de Tamoil. «L’un d’eux (ndlr: son nom n’a pas été donné) voulait même racheter toute la parcelle. Nous avons dit non. Ce n’est pas ce que nous recherchons.»

Les riverains ont été entendus

Comme annoncé en mai, le démantèlement du site débutera en août. Seule une quinzaine de convois spéciaux empruntera la route traversant le village d’Illarsaz. Les autres camions emprunteront la bretelle d’autoroute de Saint-Triphon. De quoi réduire les nuisances pour les riverains. Au total: 54 citernes, quelque 90 kilomètres de tuyaux, 30’000 tonnes d’acier et quelque 1000 pièces d’équipement seront éliminés.

Ton opinion