Numérique: Grâce au net, il se fait tirer le portrait à son insu

Actualisé

NumériqueGrâce au net, il se fait tirer le portrait à son insu

Un magazine a établi le portrait d'un homme à partir d'infos trouvées sur la Toile. L'intéressé n'a pas apprécié.

«Bon anniversaire Fred. Tu ne me connais pas, c'est vrai. Mais moi, je te connais très bien. C'est sur toi qu'est tombée la (mal)chance d'être notre premier portrait Google». Le bimensuel français Le Tigre a dressé le portrait d'un anonyme en se servant exclusivement des traces laissées, volontairement ou non sur Facebook, Google, Flickr, ou encore YouTube.

Alerté par ses collègues, l'anonymat de son employeur n'ayant pas été préservé, l'intéressé a mal vécu la chose. «Quand j'ai appris l'existence de cet article, cela m'a fait sourire, a-t-il expliqué au journal Presse Océan. Quand j'ai commencé sa lecture, cela m'a fait pâlir...» Son numéro de téléphone, ses photos de vacances, ses préférences pour les filles, tout était disponible en ligne.

«Il s'agit de clones numériques pas forcément représentatifs de la personne réelle, explique Stéphane Koch, du site intelligentzia.net. Les informations se compilent indépendamment de la notion temporelle.» Des trucs pour ne pas être la prochaine victime d'un portrait Google? «Avoir conscience de son identité numérique, recommande Stéphane Koch. Une fois mises en ligne, les informations ne nous appartiennent plus vraiment. Mieux vaut assurer une présence «officielle» et ne pas hésiter de temps en temps à surveiller en googlant son propre nom.»

(laf)

Ton opinion