Grand mouvement de solidarité à Tel-Aviv

Actualisé

Grand mouvement de solidarité à Tel-Aviv

Une manifestation a rassemblé jeudi soir à Tel-Aviv des dizaines de milliers de personnes, selon la police, en solidarité avec les trois soldats enlevés par le Hezbollah et le Hamas.

Cette action accentue les pressions sur le gouvernement pour leur libération.

La manifestation s'est tenue sur la place Yitzhak Rabin, sous le slogan «On n'abandonne pas un soldat sur le terrain». «Nous demandons au monde entier de libérer les otages», pouvait-on lire sur des pancartes brandies par des manifestants avec des drapeaux et les portraits des trois soldats.

Les soldats Ehud (Oudi) Godwasser et Eldad Regev ont été enlevés le 12 juillet par le Hezbollah chiite libanais en territoire israélien, à la frontière israélo-libanaise. Le soldat Gilad Shalit, lui, a été enlevé le 25 juin par des groupes armés palestiniens en territoire israélien à la lisière de la bande de Gaza.

Suite à ces enlèvements, Israël a lancé le 28 juin des opérations intensives meurtrières toujours en cours dans la bande de Gaza, et le 12 juillet une guerre de plus d'un mois au Liban.

Les proches des soldats se sont adressés avec émotion à la foule. «Nous ne pouvons dire ce que tu signifies pour nous. Nous ne sommes pas seuls. Nous savons que tu es avec nous et nous le sentons», a dit Karmit Goldwasser sous les applaudissements.

Appel à Nasrallah

«Je m'adresse d'ici au Premier ministre (Ehud Olmert) et aux chefs d'Etat des 15 pays qui ont voté et ont dit que Gilad, Eldad et Oudi devaient rentrer chez eux, et je leur dis: il est temps d'agir et de les ramener chez eux», a-t-elle affirmé. Elle faisait allusion à la résolution 1701 du Conseil de sécurité de l'ONU qui a mis fin le 14 août à la guerre au Liban.

Le grand rabbin de Tel-Aviv, Israël Lau, a lancé un vibrant appel au chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, pour qu'il relâche les deux soldats qu'il détient.

Benny Regev, le frère du soldat Eldad Regev, a exhorté de son côté le gouvernement à négocier avec le Hezbollah la libération des militaires, ce que jusqu'ici, publiquement, le gouvernement a refusé, exigeant la libération des militaires sans condition. (ats)

Ton opinion