Genève: Grand succès en faveur d'une initiative pour un salaire minimum
Actualisé

GenèveGrand succès en faveur d'une initiative pour un salaire minimum

A Genève, l'initiative réclamant l'instauration d'un salaire miminum a fait un tabac.

Le mouvement solidaritéS a annoncé lundi avoir récolté 12 300 signatures, davantage que les 10 000 nécessaires pour faire aboutir un projet cantonal.

Les paraphes ont été déposés un mois avant la fin du délai pour la récolte des signatures. «C'est le signe que l'initiative a rencontré un acceuil particulièrement positif auprès de la population», s'est réjoui Pierre Vanek, figure de proue de la formation d'extrême gauche.

L'initiative n'articule aucun chiffre de salaire minimum. Le but est dans un premier temps d'ancrer le principe dans la constitution. Le Grand Conseil aura ensuite pour tâche d'élaborer une loi, d'entrer dans les détails et de fixer les montants, a expliqué M. Vanek.

Trop de «working poors»

Pour le représentant de solidaritéS, la question revêt un caractère d'urgence. «Il y a à Genève un taux de bas salaire supérieur à la moyenne suisse», a-t-il fait remarquer. Le nombre de «working poors», en d'autres termes les personnes qui travaillent à 100 % sans arriver à subvenir à leurs besoins, est «inadmissible».

Genève est loin de jouer les pionniers en matière de salaire minimum. Des initiatives similaires ont été déposées dernièrement dans le canton de Vaud et au Tessin. La question est aussi sur le devant de la scène en Valais et dans le canton de Neuchâtel. Le combat est aussi mené sur le plan national.

(ats)

Ton opinion