Suisse: Greffe de cheveux au menton pour plus de virilité
Actualisé

SuisseGreffe de cheveux au menton pour plus de virilité

Les barbes sont à la mode, mais certains hommes n'ont pas assez de pilosité au visage pour suivre cette tendance. Selon deux cliniques, la demande pour effectuer des microgreffes ne cesse d'augmenter.

par
Deborah Omnis/ofu

Certains Suisses en ont marre de ne pas pouvoir se laisser pousser une belle barbe ou une barbichette. Ils sont de plus en plus nombreux à faire appel à un spécialiste pour se faire greffer des «poils» au menton, confirme Andreas Krämer, du centre genevois Des cheveux pour la vie. Selon lui, la clinique - initialement spécialisée dans la microgreffe de cheveux - était contactée à ce sujet au maximum une fois par mois il y a deux ans. Actuellement, la moyenne mensuelle tourne plutôt autour de six prises de renseignements sur ce genre de greffes. Andreas Krämer affirme que le manque de pilosité au visage peut être psychiquement difficile à accepter pour certains hommes, qui pensent être moins virils que d'autres. Le fait de voir de nombreux acteurs et mannequins arborer une barbe bien fournie ne ferait qu'aggraver leur complexe.

La grande majorité des personnes concernées souhaite se faire greffer une barbe dense. Mais la moustache, les boucs et les favoris sont également très appréciés, affirme Pekka Nyberg, chirurgien esthétique. Le profil type des intéressés? «Des hommes entre 25 et 35 ans, branchés et soucieux de leur image.» Malgré la hausse de la demande, rares sont les chirurgiens esthétiques qui se sont spécialisés dans ce genre d'interventions. «C'est une opération assez délicate. C'est vite arrivé qu'un cheveu pousse dans le mauvais sens», explique Alberto Sandon, spécialisé dans les greffes de racines capillaires. Angela Lehman, également experte en la matière, ajoute que les cheveux prélevés à l'arrière de la nuque sont plus fins que les poils de la barbe.

Comment ça fonctionne

Au cours d'une greffe de la barbe, les médecins prélèvent des cheveux sur la nuque. Si le patient n'en dispose pas assez dans cette région, alors le chirurgien peut utiliser des poils du torse, du dos ou des jambes. Les cheveux ou poils prélevés sont ensuite greffés à l'endroit souhaité.

Ton opinion