Genève: Greffé du coeur et du rein, il retrouve goût à la vie
Actualisé

GenèveGreffé du coeur et du rein, il retrouve goût à la vie

Un prof de sport pas comme les autres s'apprête à faire sa rentrée. Retour sur le parcours d'un combattant.

par
Marine Guillain
Pour la photo, Amédée préfère poser debout. «J'ai passé assez de temps assis», clame-t-il.

Pour la photo, Amédée préfère poser debout. «J'ai passé assez de temps assis», clame-t-il.

Le fait qu'Amédée Martin puisse enseigner l'éducation physique relève du miracle. Adolescent, le Genevois se luxe l'épaule dans un combat de boxe, activité dans laquelle il excelle (trois fois champion suisse junior). Un an après, il doit se remettre d'une double fracture de la colonne vertébrale après un accident de parapente, et évite de justesse le fauteuil roulant. Ce qui ne l'empêche pas de poursuivre sa formation de maître de sport. A peine remis, il fait une chute à ski et subit une rupture des ligaments croisés. Il est loin d'imaginer que ce «palmarès hospitalier» est faible, comparé à ce qui l'attend.

En février 2011, Amédée a 32 ans et enseigne l'éducation physique au cycle depuis cinq ans. Sa santé va mal, mais il refuse de le voir: «J'ai fui jusqu'à ce que ça lâche», avoue-t-il. Son extrême faiblesse et ses poumons pleins d'eau le conduisent aux soins intensifs. Suivront deux ans d'arrêt maladie. Les médecins lui diagnostiquent la maladie de Berger, un trouble qui attaque les reins. Son c½ur fonctionne très faiblement. Seule option: une double greffe c½ur et rein.

«On a un joli c½ur pour vous»

Durant sa dialyse, il se met à écrire. «Ça m'a aidé à intégrer ce qui se passait et à reprendre espoir», se souvient Amédée. Il sera finalement greffé au printemps 2012: «Mon téléphone a sonné et j'ai entendu la voix d'un médecin qui me disait: «On a un joli c½ur pour vous.» Quinze minutes après, ils venaient me chercher chez moi pour me transférer à l'hôpital.»

Cette période, le Genevois la vit comme une sorte de «renaissance». Il récupère avec une facilité déconcertante. Quelques mois après sa greffe, il suit une formation pour entraîner les personnes qui ont des problèmes cardiaques. Le livre de sa vie, «Le parcours initiatique d'un double greffé», a été publié fin 2013. «On sort forcément un peu changé d'une telle expérience, mais aussi en bien, c'est ce que je retiens», sourit-il.

Aujourd'hui, Amédée est père d'un garçon de 1 an. Il a rencontré sa femme et s'est marié durant sa dialyse. En pleine forme, il a repris le travail il y a six mois, mais il fait sa vraie rentrée ce lundi. Durant l'été, il a préparé une conférence sur les moyens concrets pour s'en sortir et garder espoir face à la maladie. Il compte la présenter cet automne.

Ton opinion