Conflit du travail – Grève chez Smood: échec de la conciliation à Genève

Publié

Conflit du travailGrève chez Smood: échec de la conciliation à Genève

Les syndicats Unia et Syndicom dénoncent des mesures de répression à l’encontre des employés et demandent des changements.

Grève des livreurs Smood soutenus par le syndicat UNIA, devant l'église Saint-Laurent à Lausanne.

Grève des livreurs Smood soutenus par le syndicat UNIA, devant l'église Saint-Laurent à Lausanne.

20min/Gabriel Nista

Début décembre, après plus d’un mois de grève des livreurs Smood dans plusieurs localités romandes, le Canton de Genève avait entamé un processus de conciliation. Mardi, les syndicats Unia et Syndicom ont annoncé l’échec de la procédure menée sous l’égide de le Chambre des relations collectives de travail (CRCT). Syndicom a indiqué «qu’aucun accord, même minime ou partiel, n’a pu être trouvé». Unia a quant à lui dénoncé le licenciement de «trois grévistes, dont un délégué du personnel qui participait aux négociations».

Unia souhaite que la CRCT «émettra des recommandations utiles pour que l’économie de plateforme ne soit pas un espace où les seuls employeurs dictent leurs lois». Les deux associations de défense des travailleurs rappellent les demandes des livreurs. A savoir, de meilleures conditions salariales, une meilleure planification des horaires, la fin des «contrats zéro heure», le remboursement des frais effectifs ou encore la transparence sur le versement des pourboires.

Enfin, Unia juge que «ce modèle d’affaires, basé sur la sous-enchère salariale met sous pression tous les acteurs qui respectent les règles légales et les Conventions collectives de travail. Pour l’association, le paiement à la minute représente un «système de dumping salarial typique de l’ubérisation et de l’exploitation sans limites des salariés».


.

(mpo)

Ton opinion

52 commentaires