Genève: Grève des fonctionnaires reconduite jeudi
Actualisé

GenèveGrève des fonctionnaires reconduite jeudi

Pour le troisième jour de suite, les employés de l'Etat poursuivent le mouvement de grève à Genève. Une manifestation est prévue en fin de journée jeudi.

par
leo/ats

Réunis en assemblée à la salle du Palladium, les membres de la fonction publique ont choisi mercredi de reconduire leur grève, entamée la veille. Plus d'un milliers personnes environ étaient présentes. De nombreux secteurs étaient représentés: enseignement, police, administration, santé, affaires sociales, justice, handicap, Université, Hospice général, chômage.

Les différentes interventions des participants ont principalement tourné autour de la forme à donner à la poursuite de la mobilisation. Si une quarantaine de voix penchaient pour une grève partielle d'une heure en fin de journée, la majorité, moins cinq oppositions et 20 abstentions, s'est prononcée en faveur d'un débrayage complet suivi d'une manifestation. «Je ressens un certain émerveillement à voir une telle mobilisation d'un service public qui a enfin compris les véritables enjeux, s'est réjoui Marc Simeth, président du Cartel intersyndical de la fonction publique. Les fonctionnaires ont mis un genou en terre pour faire changer la vision d'un Conseil d'Etat qui croit qu'on est là juste pour être une variable d'ajustement.»

Jeudi, dans le journée, des piquets de grève devraient être mis en place dans les différents services de l'Etat avant un rassemblement prévu jeudi à 16h à Plainpalais. Le défilé devrait se déplacer en Vieille-Ville, où siégera le Grand Conseil. Ce dernier doit débattre d'une loi sur un mécanisme de frein à l'endettement.

Loi sur le frein à l'endettement

Appelé «personnel stop», ce texte précise que les dépenses de l'Etat ne pourront pas être augmentées jusqu'à ce que la dette du canton baisse à 8 milliards de francs, contre 13 milliards aujourd'hui. En outre, toute création de postes impliquera des suppressions ailleurs. «Si cette loi est adoptée, nous lancerons un référendum, et nous le gagnerons», a prévenu Davide De Filippo, du Syndicat interprofessionnel des travailleurs, sous les applaudissements. Mercredi, le MCG a annoncé qu'il soutiendra cette loi issue des rangs libéraux-radicaux.

Les évènements du jour en vidéo

Développement suit

Ton opinion