Grippe aviaire: Certaines souches évoluent
Actualisé

Grippe aviaire: Certaines souches évoluent

Certaines souches de grippe aviaire évoluent de plus en plus vers des traits susceptibles de provoquer une pandémie humaine.

Cette mise en garde est exprimée dans une étude publiée lundi dans les annales de l'Académie nationale des sciences.

Des analyses d'échantillons de virus récents de grippe aviaire ont montré que quelques-unes des souches H7, qui ont provoqué des infections mineures et non transmissibles en Amérique du Nord entre 2002 et 2004, avaient augmenté leur affinité avec des éléments des cellules de la trachée humaine.

Des tests menés ensuite sur des furets laissent cependant penser que ces souches ne sont pas encore vraiment transmissibles.

Mais une souche du virus H7N2, une forme de grippe aviaire peu pathogène isolée sur un homme en 2003 à New York, s'est multipliée dans l'appareil respiratoire d'un furet, et s'est transmis entre furets infectés et furets sains, suggérant que cette transmission serait possible entre humains.

Selon les chercheurs, il pourrait évoluer encore vers les mêmes propriétés contagieuses que les trois responsables des pandémies mondiales de 1918, 1957 et 1968.

«Ces résultats suggèrent que la classe H7 des virus s'est partiellement adaptée pour reconnaître les récepteurs favoris des virus de la grippe humaine», a expliqué Terrence Tumpey, microbiologiste au Centre américain de contrôle et de prévention des maladies (CDC) à Atlanta. (ats)

Ton opinion