Actualisé 07.03.2006 à 19:53

Grippe aviaire: quarantaine et isolement envisagés

Des mesures de quarantaine et d'isolement devront être mises en place très rapidement, si une pandémie de grippe se produit. Réunis au siège de l'OMS à Genève, une trentaine d'experts étudient jusqu'à mercredi les détails d'un plan d'action.

«Les événements des dernières semaines justifient nos craintes. Mais nous ne sommes pas sans défense, si nous agissons dès maintenant», a déclaré la responsable de la lutte contre la grippe à l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Dr Margaret Chan, en ouvrant la réunion.

«Le virus H5N1 a atteint progressivement les oiseaux sauvages et domestiques dans plus de 30 pays en Afrique, Asie, Europe et Moyen- Orient», a-t-elle rappelé. Elle a souligné toutefois qu'il n'y a pas de pandémie pour l'instant et que la grippe aviaire reste avant tout une maladie animale.

En trois ans, le virus H5N1 a infecté seulement 174 personnes, dont 94 sont mortes et aucun cas de transmission interhumaine n'a été détecté. La grippe de 1918-1919, dite espagnole et d'origine aviaire, avait fait entre 40 et 50 millions de morts dans le monde en l'espace d'un an.

Dans les 24 heures

Le plan d'action serait déclenché dès l'apparition d'une mutation du virus de la grippe aviaire. «Il s'agit de reconnaître la mutation du virus chez l'homme dès les premiers cas et de savoir comment réagir dans les premières heures», a expliqué une porte- parole de l'OMS Fadela Chaïb.

«Nous espérons pouvoir commencer à appliquer d'ici la fin de l'été certaines des mesures concrètes» prévues dans le ploan d'action, a expliqué un autre responsable à l'OMS Keiji Fukuda.

Selon le projet, publié en janvier, les autorités nationales de santé publique devront alerter l'OMS dans les 24 heures suivant l'apparition de n'importe quel signe «pouvant annoncer le début d'une grippe universelle». L'OMS donnera alors des instructions sur les mesures à prendre, y compris des mises en quarantaine.

Des médicaments antiviraux seront distribués dans les zones de quarantaine pendant une période allant jusqu'à six semaines. Un représentant de Roche participe à la réunion, aux côtés d'experts américains et européens.

Les différentes phases d'alerte pourront entraîner l'ajournement de réunions publiques, des restrictions de voyage et des fermetures de frontière. Des équipes seront formées d'ici le mois de mai pour être envoyées rapidement sur le terrain dès que l'alerte sera donnée. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!