SERVICE MILITAIRE: Grogne et craintes à l’école de recrues à distance
Publié

SERVICE MILITAIREGrogne et craintes à l’école de recrues à distance

Certains jeunes qui ont commencé l’armée depuis chez eux se plaignent de l’aspect peu pédagogique des cours en ligne ainsi que d’une nouvelle panne informatique. Mais l’armée se veut rassurante.

par
Frédéric Nejad Toulami
Depuis lundi, début de l’école de recrues, les bugs se succèdent sur le site à consulter.
Bugs à répétition

Depuis lundi, début de l’école de recrues, les bugs se succèdent sur le site à consulter.

mediaprofil

Ce mercredi 20 janvier, une nouvelle panne informatique a paralysé le site de l’armée sur lequel les 5000 nouvelles recrues sont censées aller se former afin d’apprendre les rudiments militaires durant ces 3 semaines en télétravail depuis chez elles. «Rien ne marche ce matin, de nouveau; le moral en prend un coup», décrit un jeune homme. «Vraiment pas génial cette instruction militaire à distance: trois jours que ça capote…» exprime une autre recrue. Ce problème semble d’ailleurs persister ce jeudi 21 janvier.

Sollicité à ce sujet ce mercredi, le porte-parole militaire Stefan Hofer relativise: «Le système de gestion d’apprentissage (LMS) de l’armée de terre fonctionne, mais il est encore lent. Il y a toujours un problème technique, et nos spécialistes ainsi que ceux de l’entreprise RUAG travaillent d’arrache-pied pour trouver une solution.»

«C’est catastrophique!»

Mais au-delà de ces bugs qui perdurent, c’est la matière même des modules et leur structure qui sont critiquées. La marche à suivre ne serait pas à jour, perte de temps à chercher des instructions en ligne ou dans le cheminement des sélections à disposition, Hotline surchargée et pas utile, peu d’aide à disposition…

«Durant l’année 2020 si spéciale, j’ai eu l’habitude de devoir m’organiser tout seul depuis chez moi. Mais là, c’est catastrophique!» s’insurge ce futur soldat. Il redoute aussi le moment où lui et les autres intégreront leurs casernes respectives, en février, et devront subir un test pour évaluer ce qu’ils ont acquis durant ces trois semaines à distance. «Les documents à disposition sont peu digestes et pratiques, et on nous met des bâtons dans les roues», constate un autre individu.

Le porte-parole de l’armée ne semble pas sensible à ces critiques: «La structure du programme est posée. Il comprend l’objectif de formation, qui a été envoyé aux recrues sous forme papier. Pour tous les contenus, un curriculum a été créé dans le système de gestion d’apprentissage avec les leçons et les règlements associés selon le sujet. Ce programme a été attribué aux recrues engagées dans l’enseignement à distance. Vous n’avez donc rien à chercher et vous avez tous les sujets dans votre programme», explique Stefan Hofer.

Temps disponible généreux

Quant aux craintes exprimées par les recrues sur le test à passer une fois arrivées en caserne, Stefan Hofer précise que l’apprentissage à distance dure trois semaines et que le temps disponible est «généreusement calculé. Les questions du test suivront le contenu du programme.» Avant de souligner: «Ce test ne consiste pas à connaître toutes les réglementations par cœur, mais à vérifier si le matériel a été sérieusement travaillé au regard des objectifs donnés. Si des lacunes sont identifiées, la recrue devra faire un travail de suivi dans ces domaines.»

Ton opinion

208 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Greta Tounebairgue

22.01.2021, 23:02

Encore une preuve irréfutable que le réchauffement climatique n’existe pas

Remycon

22.01.2021, 20:52

IT desk delocalisé à l'étranger et matériel produit en Chine, quand on aime on ne compte pas.

Et encore

22.01.2021, 20:41

Qui paie l'hébergement et les repas lors de cette école de recrue à domicile ?