République tchèque: Gros succès pour la gay pride de Prague
Actualisé

République tchèqueGros succès pour la gay pride de Prague

Plusieurs milliers de personnes ont défilé samedi à Prague pour la deuxième édition du festival gay et lesbien «Prague Pride», qui a commencé au début de la semaine.

Venus défendre les droits des homosexuels, transsexuels et bisexuels, et appeler à la tolérance, les manifestants se sont rassemblés sous un soleil de plomb.

Venus défendre les droits des homosexuels, transsexuels et bisexuels, et appeler à la tolérance, les manifestants se sont rassemblés sous un soleil de plomb.

La République tchèque a été, en mars 2006, le premier des anciens pays communistes à doter les couples homosexuels d'un statut légal.

Venus défendre les droits des homosexuels, transsexuels et bisexuels, et appeler à la tolérance, les manifestants se sont rassemblés sous un soleil de plomb en début d'après-midi sur la Place Venceslas, au coeur de la capitale. Ils étaient nombreux à être affublés de déguisements extravagants et munis de sifflets et de drapeaux.

«Entre 10'000 et 15'000 personnes ont participé au défilé, selon nos estimations», a déclaré la porte-parole du festival, Kamila Fröhlichova. Le cortège bariolé a ensuite traversé les grandes avenues de Prague, au son de la musique que diffusaient des haut- parleurs installés sur une dizaine de camionnettes.

A bord d'un cabriolet en tête du cortège, la Polonaise Anna Grodzka, devenue l'an dernier la première députée transsexuelle de son pays, était acclamée par la foule. Dans le défilé, on voyait aussi l'ambassadeur américain à Prague, Norman Eisen.

«Nous espérons que l'année prochaine, nous allons avoir aussi le mariage gay autorisé», a indiqué Corinne Fourcroy, venue de la France. «Paris est avec vous», pouvait-on lire sur une pancarte qu'elle brandissait.

Contre-manifestations

Le défilé s'est terminé sans incident en milieu d'après-midi sur l'île Strelecky, au milieu de la rivière Vltava, où des concerts et d'autres manifestations devaient avoir lieu. «Plus de 20 ans après la 'Révolution de velours' (1989), Prague Pride aspire à contribuer à une société ouverte et sûre d'elle», ont indiqué les organisateurs sur le site internet du festival.

Les organisateurs ont saisi l'occasion pour dénoncer comme «inacceptable» la condamnation prononcée la veille à Moscou à l'encontre des trois jeunes femmes du groupe de punk rock russe Pussy Riot.

Deux contre-manifestations ont été organisées samedi par les jeunes chrétiens-démocrates et un groupe de la droite conservatrice. Dans la nuit de vendredi à samedi, les pages Facebook des principaux organisateurs de Prague Pride ont subi les attaques des hackers.

La première édition de Prague Pride, organisée en août 2011, avait été sévèrement critiquée par le président Vaclav Klaus. (ats)

Ton opinion