Actualisé

Grosse colère pour Cuche et Défago

Après le deuxième entraînement de la descente de Coupe du monde, vendredi à Chamonix, les Romands ont vertement critiqué les virages rajoutés sur le haut du parcours.

Le Canadien Manuel Osborne-Paradis (23 ans) s'est adjugé la manche en devançant Marco Büchel (Lie) de 0''08 et Marco Sullivan (EU) de 0''59. Ambrosi Hoffmann (12e), Cornel Zueger (15e) et Beni Hofer (16e) ont été les meilleurs Helvètes.

«Que l'on rajoute un ou deux virages lors de la descente du combiné pour les slalomeurs, passe encore, a expliqué Didier Cuche (17e) en fustigeant au passage Günther Hujara, le directeur de course de la FIS. Si l'on commence à dénaturer les vraies descentes ça ne va plus.»

Même son de cloche du côté de Didier Défago (21e). «Si les slalomeurs ont peur de s'élancer, et bien qu'ils aient peur. Et si ils doivent renoncer à la descente, qu'ils le fassent», a commenté le Morginois qui se remet d'une grippe.

Jeudi, certains coureurs avaient émis des réserves concernant le passage de la «cassure». L'Américain Bode Miller y avait d'ailleurs chuté. Afin de faire taire les critiques, Günther Hujara a fait légèrement modifier le tracé.

Frayeur pour Cuche

Sur la «Verte des Houches», Didier Cuche (33 ans) s'est fait l'auteur d'une figure de style qui aurait pu lui coûter plus que du temps. Le leader de la Coupe du monde de descente, grâce à un numéro d'équilibriste, a évité le pire. «En déclenchant mon virage, j'ai le genou qui est parti de côté et mon ski a tout de suite taillé. Je n'ai pas passé très loin des filets», a détaillé le Vaudruzien classé à 1''16 du plus rapide.

Les adversaires directs du Neuchâtelois dans la course au classement général n'ont pas brillé. Benjamin Raich (Aut) a concédé 3''11 et Bode Miller (37e), 2''33. L'Américain s'est toutefois relevé bien avant la ligne d'arrivée.

Manuel Osborne-Paradis, surprenant 3e à Wengen il y peu, s'est imposé sur une piste plus lente que lors du premier entraînement. Le skieur de Whistler Mountain a pris le meilleur sur Marco Büchel. «Cette descente n'est pas plus facile que Kitzbühel, a analysé le Lichtensteinois. Elle est même plus longue. Il ne faut surtout pas sous-estimer un tel parcours.» (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!