Lausanne: Grosse gaffe en classe lors d'un exercice de physique
Publié

LausanneGrosse gaffe en classe lors d'un exercice de physique

Un enseignant a proposé un calcul en faisant référence à un suicide. Une «maladresse», admet son directeur.

par
Frédéric Nejad Toulami

«Monsieur Durant a décidé de mettre fin à ses jours en sautant du pont Bessières, il a touché le sol à une vitesse de 77 km/h. Quelle est la hauteur du pont Bessières?» Stupéfaction pour certains élèves de l'établissement scolaire de Béthusy, en février dernier. Âgés entre 14 et 15 ans, les adolescents ont été confrontés à un intitulé insolite d'un exercice proposé par leur prof de physique. Le pont Bessières est connu dans la capitale vaudoise pour être un lieu où des désespérés se jettent parfois dans le vide.

Après avoir consulté l'enseignant concerné, le directeur du collège, Jean-François Borgeaud, admet qu'une «maladresse a été commise. Le maître le reconnaît aussi, et sachez qu'il est apprécié de la direction. Nous ferons en sorte que cela ne se reproduise plus et nous approcherons les élèves de la classe en question pour être sûr que personne n'a été heurté.» Jean-François Borgeaud regrette cependant que des parents d'élèves préfèrent alerter un média plutôt que de s'adresser à l'enseignant ou la direction.

Ne pas banaliser le suicide

«Imaginez le malaise ressenti par un des élèves dont un parent ou un proche se serait donné la mort ainsi, constate Irina Inostroza, de l'association Stop Suicide. Nous encourageons les institutions scolaires à aborder le thème du suicide avec bienveillance; il ne faut ni le banaliser, ni en parler brutalement. Mourir ainsi est une onde de choc pour les proches.»

Ton opinion