Plan nucléaire de Merkel: Grosse manifestation à Berlin
Actualisé

Plan nucléaire de MerkelGrosse manifestation à Berlin

Des dizaines de milliers d'Allemands ont manifesté samedi à Berlin contre l'allongement de la durée de vie des centrales nucléaires annoncé par le gouvernement d'Angela Merkel.

100'000 personnes se sont mobilisées contre l'énergie nucléaire selon les organisateurs, au moins 37'000 selon la police.

100'000 personnes se sont mobilisées contre l'énergie nucléaire selon les organisateurs, au moins 37'000 selon la police.

«Energie nucléaire: ça suffit!», «Energie nucléaire, non merci!», lisait-on sur les drapeaux, banderoles et ballons jaunes et verts qui s'étiraient à perte de vue depuis la gare centrale, face à la chancellerie de Mme Merkel.

Jeunes et vieux, en famille ou entre amis, avec des poussettes et des bambins juchés sur les épaules, 100'000 personnes se sont mobilisées selon les organisateurs, au moins 37'000 selon la police, à l'appel de diverses associations antinucléaires et de défense de l'environnement, soutenues par l'opposition (Verts, sociaux- démocrates du SPD et gauche radicale Die Linke).

Le gouvernement conservateur-libéral a fait tomber début septembre la date butoir de 2022 fixée pour la fin du nucléaire civil en Allemagne par l'équipe précédente social-démocrate/ écologiste (1998-2005), à l'époque du chancelier Gerhard Schröder.

Berlin voit là le seul moyen de tenir les objectifs climatiques, en attendant que les énergies renouvelables puissent prendre la relève.

«Une honte»

«C'est une honte. On se sent floués», dit Hartwig Böttcher, 66 ans et enseignant en retraite. «Le gouvernement s'est mis à genoux devant les géants du nucléaire» EON, RWE, EnBW et Vattenfall, dénonce Claudia Schultz, 33 ans, venue de Rostock pour manifester, avec ses enfants de 6 et 4 ans. Plusieurs trains spéciaux et 150 autocars avaient été affrétés pour convoyer les opposants à Berlin.

Selon les plans de Berlin, les 17 réacteurs nucléaires du pays vont obtenir un sursis supplémentaire de 8 à 14 ans selon leur ancienneté. Le dernier réacteur devrait cesser de tourner vers 2040.

La majorité (59%) des Allemands est opposée au projet, qui doit encore être voté au Parlement. La foule réunie samedi voulait encore croire à sa suspension.

(ats)

Ton opinion