Jennifer Hudson: Grosse pression pour son nouveau rôle
Publié

Jennifer HudsonGrosse pression pour son nouveau rôle

Jennifer Hudson incarne Aretha Franklin dans le film retraçant la vie de la star défunte. Un défi énorme pour l'actrice et chanteuse américaine.

par
Ludovic Jaccard
Jennifer Hudson ( à g.) veut rendre hommage à Aretha Franklin en l'incarnant sur grand écran.

Jennifer Hudson ( à g.) veut rendre hommage à Aretha Franklin en l'incarnant sur grand écran.

DR

Révélée dans la troisième saison d'«American Idol», en 2004, Jennifer Hudson a fait un sacré chemin depuis son passage dans le télécrochet. Saluée par la critique dans le film «Dreamgirls», en 2007, la chanteuse et actrice de 38 ans, actuellement à l'affiche de «Cats», a relevé un nouveau défi de taille: incarner Aretha Franklin dans «Respect», biopic de l'icône disparue, qui sera dans les salles romandes le 28 octobre 2020. Je n'aurais pas pu être plus honorée, intimidée et ravie d'avoir ce rôle, mais en même temps cela a été très effrayant, confie Jennifer à «As If Magazine». Afin de s'imprégner de son personnage durant le tournage, l'Américaine s'endormait et se réveillait tous les jours en écoutant les chansons d'Aretha.

Jennifer, qui a ressenti une grosse pression, espère être crédible à l'écran. «Incarner cette figure emblématique avec une telle carrière est une énorme responsabilité, dit-elle. Même sa manière de parler était belle. J'essaie de lui rendre hommage aussi bien que possible».

L'artiste a reçu des conseils de la part d'Aretha, peu avant son décès survenu le 16 août 2018. «Nous avons beaucoup parlé, se souvient Jennifer. Quand des personnes sont de telles icônes, on peut facilement oublier qu'elles ont aussi eu une vie et qu'elles n'ont pas été là juste pour nous divertir. Ce sont des gens qui ont des frères, des sœurs, des enfants, des maris ou des femmes. Lors de nos conversations, Aretha m'a appris plus de choses sur la vie en général que sur la sienne.»

Regardez la bande-annonce de «Respect», dès le 28 octobre 2020 au cinéma:

Ton opinion