Jura: Grosses lacunes dans la vente de pesticides
Actualisé

JuraGrosses lacunes dans la vente de pesticides

Des contrôles menés fin février montrent qu’on trouve encore trop de produits interdits, ou mal étiquetés, dans les commerces jurassiens. Et les conseils donnés aux clients sont souvent erronés.

Les commerces qui proposent des pesticides, herbicides et autres fongicides n’arrivent pas toujours à maîtriser la législation, qui évolue très rapidement ces dernières années.,

Les commerces qui proposent des pesticides, herbicides et autres fongicides n’arrivent pas toujours à maîtriser la législation, qui évolue très rapidement ces dernières années.,

KEYSTONE

Une campagne de contrôle dans les principaux points de vente de pesticides du canton du Jura montre des résultats loin d’être satisfaisants. Les particuliers contribuent de manière non négligeable au problème des micropolluants dans l’environnement.

Du 11 février au 6 mars, l’Office de l’environnement a mené une campagne de contrôle des pesticides vendus dans le commerce sur tout le territoire cantonal, a indiqué jeudi la Chancellerie d'Etat. L'action a concerné 14 magasins, pour un total de 209 produits mis en vente comme «produits phytosanitaires ou produits biocides».

«Les résultats ont de quoi surprendre», selon le communiqué. Pas moins de 41 produits non conformes ont été trouvés en rayon, soit 20% des articles contrôlés. Le retrait de ces flacons a bien sûr été exigé. Dans 14 cas, il s’agissait de produits qui ne sont plus autorisés. Pour le reste, le problème provenait d’un étiquetage incomplet ou ne correspondant pas aux nouvelles normes en vigueur.

Clientèle mal conseillée

Concernant la qualité du conseil en magasin, les résultats ne sont guère plus glorieux, a constaté l'Office de l'environnement. Malgré l’interdiction d’utiliser des herbicides de synthèse sur des surfaces imperméabilisées, deux tiers des conseillers de vente ont proposé un herbicide interdit pour nettoyer une surface goudronnée.

Et concernant l’élimination des restes de produits, plusieurs conseils erronés ont aussi été donnés. Dans un cas, il a été indiqué qu’il suffisait de verser les restes de pesticides dans un lavabo, ce qui est strictement interdit.

L'administration cantonale attend désormais que les enseignes veillent à mieux informer les clients. Dans un domaine légal très complexe et en évolution constante, le risque de vendre ou d’acheter un produit non conforme restera «malheureusement» possible.

A la décharge des commerçants, l’Office de l’environnement constate que la liste des produits interdits et les règles d’étiquetage évoluent rapidement ces dernières années. La contrainte est liée aux nouvelles analyses de risques toxicologiques et écotoxicologues et à la prise de conscience du défi posé par les micropolluants dans l’environnement.

Informer et sensibiliser

La campagne de contrôles a été menée dans un esprit d’information et de sensibilisation des commerces et de leur personnel, afin de tenir compte des évolutions rapides des dispositions légales dans le domaine. Elle sera reconduite à l’avenir, assure l'Office de l'environnement.

Cette opération conforte la position exprimée par le Gouvernement jurassien dans son récent programme sur les produits phytosanitaires. Le Canton soutient en effet une interdiction de vente de pesticides de synthèse aux non-professionnels, car ceux-ci ne disposent notamment pas de formations ad hoc.

Dans l’attente d’une évolution de la politique fédérale, l’Office de l’environnement incite les propriétaires à se passer de pesticides qui nuisent à l’environnement et à leur santé. Il invite chacun à concrétiser les trucs et astuces du programme cantonal «Jardins vivants», démarré au printemps.

(ATS)

Ton opinion

19 commentaires