Guantanamo: diffusion de la vidéo d'un interrogatoire
Actualisé

Guantanamo: diffusion de la vidéo d'un interrogatoire

Un enregistrement vidéo de l'interrogatoire d'un détenu à Guantanamo a été diffusé pour la première fois.

"Aidez-moi! Aidez-moi!", répète ad nauseam Omar Khadr, 16 ans, assis derrière une table d'interrogatoire à Guantanamo lors d'une pause après la visite d'agents des services canadiens du renseignement venus l'interroger.Le jeune Canadien, arrêté à l'été 2002 en Afghanistan et accusé du meurtre d'un soldat américain, recevait en février 2003 à la base américaine de Guantanamo à Cuba ces agents canadiens qu'il croyait venus l'aider pour retourner chez lui.Mais la visite des services secrets canadiens tourne plutôt à l'interrogatoire en règle, selon les enregistrements diffusés mardi matin par les télévisions grâce à une décision le mois dernier de la Cour fédérale canadienne.Celle-ci avait autorisé les avocats d'Omar Khadr, seul ressortissant d'un pays occidental encore détenu à Guantanamo, à remettre à la presse un total de plus de sept heures d'enregistrements réalisés à Guantanamo à l'insu du jeune homme. Les autorités canadiennes s'opposaient à cette diffusion.Différents extraits totalisant une dizaine de minutes ont été diffusés mardi et la version complète de plus de sept heures a été rendue publique par les avocats d'Omar Khadr plus tard dans la journée."Contrairement à tout ce que le public canadien a entendu sur Omar Khadr, on ne voit pas du tout sur ces enregistrements un terroriste dangereux mais plutôt un jeune Canadien blessé, effrayé, qui exhorte les représentants canadiens à l'aider", a déclaré l'un de ses avocats, Nathan Whitling.La vidéo - de mauvaise qualité et qui semble filmée derrière une grille de ventilation - ne montre pas de brutalités à l'encontre du jeune détenu.Mais d'autres documents officiels canadiens rendus publics la semaine dernière indiquent qu'avant l'arrivée des agents canadiens à Guantanmo, Omar Khadr a été privé de sommeil pendant trois semaines afin qu'il soit plus docile pendant les interrogatoires.La vidéo montre l'état de détresse et la déception d'un adolescent qui pensait rentrer chez lui et se voit en lieu et place interroger sur sa connaissance d'Al-Qaïda et sur sa foi. L'interrogatoire s'est déroulé sur trois jours.Par moments, il pleure et s'arrache les cheveux de désespoir. Il montre également ses blessures à ses interlocuteurs. L'un d'entre eux tente de le calmer, et lui dit qu'il faut qu'il "mange quelque chose", ajoutant: "je comprends que cela soit stressant".Les avocats de Omar Khadr ont indiqué que l'enregistrement - en partie censuré - ne révélait aucune nouvelle information, mais que sa diffusion permettrait au public de comprendre qu'il a été "trompé" par le gouvernement canadien.Plusieurs organisations de défense des droits de l'homme et tous les partis d'opposition à Ottawa demandent qu'Omar Khadr soit rapatrié au Canada.Le Premier ministre canadien Stephen Harper a déclaré la semaine dernière qu'il n'avait pas l'intention de demander aux Etats-Unis le rapatriement de M. Khadr, aujourd'hui âgé de 21 ans. Le bureau de M. Harper a réitéré cette position mardi.Pendant ce temps, la soeur de Omar Khadr, Zaynab, a déclaré à la radio publique CBC: "j'aimerais qu'il revienne à la maison, j'aimerais que tout cela s'arrête bientôt. Ce qui se passe n'est pas bien, ce n'est pas juste. C'est inhumain (...) Et très triste"."Ce jeune a assez souffert, il a besoin de revenir chez lui, il n'est pas un terroriste", a renchéri Dennis Edney, l'un de ses avocats canadiens.gl-jl/cha (ats)

Ton opinion