«Le retour du héros»: Guéguerre de cabotins sur fond de fourberie comique
Publié

«Le retour du héros»Guéguerre de cabotins sur fond de fourberie comique

Deux ans après «Un homme à la hauteur», le réalisateur Laurent Tirard offre de nouveau le beau rôle à Jean Dujardin.

par
Catherine Magnin

Les bons acteurs, dit-on, ne suffisent pas à faire un bon film. Mais ils y contribuent. Surtout quand le scénario leur permet d'incarner des personnages hauts en couleur, aux ­répliques enlevées. Tel est le cas dans «Le retour du héros».

Commencé comme un ­vaudeville en costumes du XIXe siècle, le film tourne vite à la joyeuse pantalonnade. Neuville (Jean Dujardin), goujat de capitaine parti au front, ne daigne pas écrire à Pau­line, l'ingénue qu'il a séduite ­(Noémie Merlant, aux antipodes de son rôle dans «Le ciel ­attendra»). La soeur de cette dernière, Elisabeth (Mélanie Laurent) décide d'inventer de fausses lettres. Se laissant emporter par le plaisir de la plume, elle taille un destin de héros à Neuville. Qui réapparaît soudain. De la maline qui doit défaire sa menterie ou de l'imposteur qui veut en tirer profit, qui aura le dernier mot?

Il s'en faut d'un cheveu

Tout le monde, Dujardin en tête, cabotine dans ce film riche en cocasseries. Voilà qui convient bien à un scénario aussi frivole que pétillant. Derrière la caméra, Laurent Tirard manque d'un cheveu (une meilleure maîtrise du rythme, des enchaînements) de faire du «Retour du héros» le film qui aurait redoré le blason de la comédie à la française. Quoique imparfait, le diver­tissement n'en est pas moins au-dessus de la moyenne.

«Le retour du héros»

De Laurent Tirard. Avec Jean Dujardin, Mélanie Laurent, Noémie Merlant,

Christophe Montenez.

Sortie le 14 février 2018

***

Ton opinion