Actualisé 14.12.2008 à 18:27

CSI-W de GenèveGuerdat 2e du Grand Prix

Le couple champion olympique Eric Lamaze/Hickstead a remporté le Grand Prix Coupe du monde devant le Jurassien Steve Guerdat et Jalisca Solier.

La troisième place est revenue à Meredith Michaels-Beerbaum, no 1 mondial, et son fidèle Shutterfly.

«Oui, je vis la plus belle saison de ma carrière.» Eric Lamaze pourrait difficilement soutenir le contraire. Champion olympique en individuel et médaillé d'argent par équipes à Hong Kong, le Montréalais enlevait à Palexpo son troisième GP Coupe du monde en 2008 après Toronto et Palgrave. Un succès rendu possible par la générosité hors du commun dans les galops de son étalon de 12 ans. «Quand il est relax, on peut tout demander à Hockstead», expliquait le Canadien.

Et de rendre hommage à une monture normalement plus à l'aise en extérieur. «Mon cheval n'a pas les moyens de passer de hauts obstacles sur des petites pistes intérieures.» Celle de Palexpo, la plus grande du monde indoor, était donc un terrain de jeu privilégié pour l'étalon hollandais qui va maintenant bénéficier d'un repos bien mérité et agrémenté de quelques saillies.

Guerdat champion parmi les champions

Pour Steve Guerdat, vainqueur du Grand Prix genevois en 2006 et déjà battu au barrage l'an dernier, le Concours hippique fut à nouveau un moment riche en satisfactions. Son deuxième rang dimanche lui permettait en effet de non seulement conforter sa place de leader de la Coupe du monde, mais surtout d'assurer son billet pour la finale de Las Vegas en avril. Un soulagement. «Je vais pouvoir m'accorder un plus long moment pour récupérer, ainsi que peut-être avoir un cheval plus frais à Vegas et partir avec de meilleures chances.»

Battu pour 26 centièmes par Lamaze, Guerdat estimait avoir «pris tous les risques possibles». Même s'il reconnaissait qu'il aurait «pu peut-être plus attaquer sur le dernier obstacle, où la faute était toutefois probable». Le Jurassien savourait cependant sa performance. «Il est très rare d'avoir Hickstead et Shutterfly dans le même concours. Normalement, quand on en bat un, on gagne l'épreuve. Là, ils étaient les deux en lice. Et je me retrouve au milieu. Je suis donc très content.»

Trois victoires, trois chevaux

Le cavalier de Bassecourt avait de quoi l'être. Vainqueur le samedi soir du premier Défi des Champions sur Tresor, devant Timothée Anciaume (Lamm de Fétan) et Michaels-Beerbaum (Le Mans), face à tous les détenteurs des titres les plus prestigieux de la planète hippique, Guerdat inscrivait de précieux points pour le classement mondial, où il pointait début décembre à la 10e place. Son autre succès, samedi après-midi dans une épreuve importante, mais sur Ferrari cette fois-ci, donne d'ailleurs de quoi se réjouir de l'avenir et de la qualité de son écurie.

«C'est un luxe d'avoir ces trois chevaux. Je remercie d'ailleurs mon sponsor (ndlr: Yves Piaget). Jalisca est au niveau des plus grands cracks, Tresor est toujours prêt pour créer des surprises et Ferrari est encore en pleine progression.» De quoi sérieusement menacer la hiérarchie mondiale. Ce qui ne fait pas peur à sa cheffe de file, Michaels-Beerbaum. «J'aime les challenges !», prévenait- elle dans un sourire aussi radieux qu'à l'accoutumée. (si)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!