Exploit – Guirec Soudée, l’Atlantique à la force des bras
Publié

ExploitGuirec Soudée, l’Atlantique à la force des bras

L’aventurier de 28 ans a rejoint la France à la rame depuis le nord des Etats-Unis en 107 jours.

© Marine Nationale

Le jeune aventurier Guirec Soudée, qui s’est fait connaître il y a quelques années pour son tour du monde à la voile avec sa poule Monique, a franchi jeudi au large d’Ouessant (Finistère) la ligne d’arrivée de sa traversée, épique, de l’Atlantique à la rame. Le navigateur de 28 ans a bouclé son aventure vers 11h ce jeudi matin, 107 jours après son départ le 15 juin de Chatham au Cap Cod (Massachusetts, nord-est des États-Unis). Il est attendu vendredi en début d’après-midi au port du château de Brest.

Le marin avait entamé cette aventure dans le sillage de la traversée réalisée il y a 41 ans par Gérard d’Aboville, qui avait rejoint à la force des bras Brest depuis la péninsule de Cap Cod, ouvrant cette voie en 72 jours. Mais si le jeune Guirec est bien loin du temps inscrit par Gérard d’Aboville, il a tout de même «signé un véritable exploit: avaler plus de 5000 kilomètres à la force des bras, privé d’informations météo, de moyens de communication et rationné en énergie presque de bout en bout», souligne son équipe dans un communiqué.

La poule Monique

Le 2 juillet, l’aventurier subit une violente tempête avec des rafales de vent atteignant les 60 nœuds et des creux de sept mètres. Son embarcation de huit mètres de long chavire et de l’eau entre par un hublot envahissant la cellule de vie, ce qui le contraint à la quitter. Ses deux téléphones satellites cessent en outre d’émettre ce qui le prive de moyens de communication avec son équipe, en dehors d’une VHF et d’un GPS portables. Cependant, aucune balise de détresse n’est déclenchée.

«C’était au petit bonheur la chance après ça, on avait un bref message et une position quand il croisait un bateau», a témoigné Alice Claeyssens, membre de son équipe. Guirec Soudée s’était fait connaître lors d’un tour du monde de cinq ans (2014-2018) à la voile avec sa poule Monique. Très vite, elle avait conquis les réseaux sociaux, le jeune marin la mettant en scène sur un surf, un paddle, à la plage ou sur la glace de la banquise arctique où il avait passé un hiver, avec pour seule nourriture 36 kg de riz et les œufs de Monique.

(AFP)

Ton opinion

1 commentaire