Ski alpin: Gut soutient Ansermoz
Actualisé

Ski alpinGut soutient Ansermoz

Face à l'hostilité maladroitement voilée du présidium de Swiss-Ski, le chef des dames reçoit l'appui du camp de la Tessinoise.

par
Marc Fragnière
Andermatt
«J'ai retrouvé mes sensations sur les skis et je ne sens plus du tout ma hanche blessée», a déclaré Lara Gut.

«J'ai retrouvé mes sensations sur les skis et je ne sens plus du tout ma hanche blessée», a déclaré Lara Gut.

A Andermatt, l'entraîneur et père de la Tessinoise a rappelé que le chef alpin des dames y était pour beaucoup dans le développement de sa fille: «Il a tout de suite compris qu'il serait contre-productif d'intégrer une adolescente de 16 ans dans un groupe où toutes les filles étaient au moins six ans plus vieilles. Il a favorisé la mise en place d'une structure particulière pour Lara.» Pour Pauli Gut, l'Ormonan est l'homme de la situation: «Il a une grosse expérience. Il connaît non seulement tous les sites, mais possède également un super carnet d'adresses, il a des contacts partout. Avec lui, la Suisse est devenue la première nation en super-G, il ne faut pas l'oublier. Pour notre part, nous sommes très satisfaits de notre collaboration tant avec lui qu'avec les autres entraîneurs en place.»

«Lorsqu'une équipe ou des athlètes ne fonctionnent pas, on vise toujours l'entraîneur, s'est pour sa part offusquée Lara Gut. Pourtant il n'y est pour rien si certaines n'ont pas été capables de se qualifier pour les JO. On peut avoir les meilleurs entraîneurs du ­monde, si les athlètes ne sont pas à niveau, ça ne marchera pas. Le départ de Hugues ne résoudra pas tout d'un coup», a analysé la Tessinoise.

Dans un même élan, son père a remis les choses dans leur contexte: «Avec un brin de chance, Suter aurait rapporté trois médailles de Whistler et Hugues aurait été le roi! Et ce week-end, Styger a obtenu un nouveau podium, mais on ­parle de l'éventuel départ du coach.» Le présidium de Swiss-Ski restera-t-il insensible à ce plaidoyer?

Lara a chaussé ses skis il y a un mois

Victime d'une blessure à la hanche droite, Lara Gut avait dû tirer un trait sur ses ambitions olympiques. Après avoir rongé son frein tout l'hiver, la Tessinoise a rechaussé ses lattes il y a quatre semaines. Lundi, elle a affronté les bourrasques d'Andermatt pour enchaîner les piquets de slalom devant la presse.

«Au début, on a essayé de faire deux jours de ski, une journée de repos, mais c'était trop. Alors on a alterné ski et repos. Aujourd'hui, Lara tient mieux le choc physiquement, elle peut facilement aligner trois à quatre jours de ski», a détaillé son père, Pauli Gut. Pour l'heure­, la bombe de Comano s'est exclusivement entraînée en slalom et en géant. «Sur les skis, je ne ressens aucune douleur, je serais incapable de dire quelle hanche a été opérée», s'est-elle réjouie.

Question feel­ing, Lara Gut a retrouvé l'intégralité de ses moyens: «Je me sens même mieux sur mes skis qu'avant ma blessure», s'est exclamée la Tessinoise.

Entraînement au pas de charge

Lara Gut s’entraînera dans les disciplines techniques la semaine prochaine à Andermatt. En avril, elle se familiarisera à nouveau avec la vitesse, sur des tronçons courts, dans un endroit à déterminer. Il sera ensuite temps de prendre la route pour l’Autriche pour deux blocs de dix jours sur glacier. Suivront alors six à sept semaines d’entraînement physique avec le préparateur Patrick Flaction avant de goûter à la neige. Selon les conditions, la Tessinoise dévalera les pentes haut-valaisannes ou sud-américaines.

Ton opinion