23.09.2019 à 06:04

GenèveHabits clairs et prudence pour que la nuit soit belle

Le Grand Genève éteindra jeudi soir son éclairage public. Pour éviter les accidents, les usagers de la route devront être plus attentifs.

de
David Ramseyer
Fcerez

Dans trois jours, le Grand Genève sera plongé dans le noir, ou presque. L'extinction de l'éclairage public dans le cadre de l'opération La nuit est belle,, pour encourager la protection de la biodiversité et réduire la surconsommation énergétique(cf. encadré), n'engendrera pas de blackout. Mais la luminosité ambiante sera bien moins importante, surtout en milieu urbain, évidemment. De quoi prendre quelques précautions sur la route et dans les rues.

Effectifs policiers renforcés

Si de nombreuses études «ont prouvé que les voitures roulent moins vite en ville lorsqu'il fait plus sombre», note Sylvie Vares, responsable de «La nuit est belle» pour le Grand Genève, la police invite néanmoins les automobilistes à redoubler de vigilance. «Nous avons identifié différents points sur des axes sensibles. Ils bénéficieront d'une présence accrue et visible des forces de l'ordre», rassure son porte-parole, Silvain Guillaume-Gentil. Les feux et panneaux de signalisation resteront bien entendu allumés.

À bicyclette, «portez des habits clairs, ayez phare avant et catadioptre en marche et arborez une bande réfléchissante», conseille le vice-président de Pro Vélo Genève, Rolin Wavre. Rien de neuf, au fond. «Oui, c'est ce que tout cycliste devrait faire en temps normal. Mais c'est encore plus important lorsque l'éclairage est restreint».

La recommandation vaut aussi pour les piétons. Sans vêtements colorés et surface réfléchissante, une personne à pied, la nuit, n'est visible qu'à 25 mètres pour un automobiliste, prévient Yves Gerber, directeur du Touring Club Suisse-Genève: «À 50 km/h, c'est une distance qu'un conducteur parcourt en deux secondes: pas le temps pour lui de réagir. Vêtu et équipé de manière idoine, un piéton est par contre repérable à 140 mètres.» Pour le responsable du TCS, La nuit est belle est donc «une occasion à saisir pour prendre conscience de l'importance d'être vu, dans le trafic».

Lien pas établi entre rues sombres et délinquance

En matière de sécurité, l'extinction de l'éclairage public pourrait aussi faire craindre une hausse de la criminalité de rue. Mais les statistiques ne confirment pas pareille corrélation. La police précise que les expériences menées jusqu'ici n'ont en effet pas causé une augmentation de la délinquance, même si «il est clair que dans un environnement dépourvu d'éclairage, les voleurs ont plus de facilité à agir».

De manière générale, «nous recommandons toujours aux gens, dehors, de faire attention à leurs valeurs et de ne pas emporter trop d'argent avec eux, appuie Silvain Guillaume-Gentil. Nous comptons sur la vigilance des citoyens».

Participation massive autour du Léman

L'opération "La nuit est belle" concernera des centaines de milliers d'habitants du Grand Genève. Sur les 209 communes de l'agglomération, 149 éteindront complètement ou partiellement leur éclairage public le jeudi 26 septembre au soir. L'intégralité du canton de Genève, 25 municipalités vaudoises, et 79 côté français joueront le jeu. Parmi ces dernières, de l'autre côté de la frontière, le quart applique déjà la mesure de façon pérenne. Les horaires différeront selon les lieux. La Ville de Genève rallumera par exemple ses réverbères à minuit, tandis qu'à Nyon (VD), ils resteront éteints jusqu'à l'aube.

Une nuit pour vivre autrement

Êtres humains, faune et flore auraient tout à gagner d'une réduction de la pollution lumineuse. C'est ce que veut faire comprendre l'opération de jeudi - la plus importante du genre jamais réalisée en Europe, selon ses initiateurs, soit le Musée d'histoire naturelle et la Société d'astronomie de Genève ainsi que la Maison du Salève et le Grand Genève. L'éclairage artificiel a en effet un impact négatif sur la biodiversité, l'habitat des animaux mais aussi la santé humaine, notamment en matière de troubles du sommeil. Par ailleurs, alors que les questions climatiques se font de plus en plus pressantes, basculer les réverbères sur "off" permettrait aussi de réduire la consommation énergétique des communes, dont 18% en moyenne proviennent de l'éclairage public. Enfin, éteindre la ville aura aussi pour effet de mieux allumer les étoiles dans le ciel. Les observations astronomiques joueront ainsi les stars de la multitude d'événements prévus jeudi pour constater que "la nuit est belle".

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!