Corruption au Nigeria: Halliburton et KBR versent 579 millions de dollars
Actualisé

Corruption au NigeriaHalliburton et KBR versent 579 millions de dollars

Halliburton et Kellogg Brown & Root LLC (KBR) ont plaidé coupable de corruption au Nigeria mercredi pour obtenir des contrats.

Les deux sociétés américaines ont accepté de verser la somme de 579 millions de dollars, a annoncé le régulateur boursier américain (SEC).

Les sociétés ont «versé pendant dix ans des pots-de-vin à des responsables du gouvernement nigérian afin d'obtenir des passations de marchés et des contrats de construction et d'ingénierie», a précisé de son côté le ministère de la Justice américain dans un communiqué.

Elles ont remporté des contrats entre 1995 et 2004 afin de construire une usine de gaz liquéfié à Bonny Island, au Nigeria, pour Nigeria LNG Ltd, qui appartient à 49% à l'Etat nigérian. Ces contrats représentaient «plus de 6 milliards de dollars», a précisé le ministère.

En plaidant coupable mercredi à Houston, au Texas, KBR a accepté de verser 402 millions de dollars au titre de l'enquête pénale. A cette amende, s'ajoute une autre, que la maison-mère de KBR, KBR Inc, et Halliburton ont accepté de verser, de 177 millions de dollars, en règlement de la plainte déposée au civil par la SEC.

Activités sous surveillance

Les quatre contrats ont été remportés par une joint-venture de quatre sociétés, dont KBR, alors une filiale de Halliburton, un groupe pétrolier un temps présidé par l'ancien vice-président des Etats-Unis, Dick Cheney. Selon le ministère de la Justice, la joint- venture a versé environ 132 millions puis 50 millions de dollars aux responsables nigérians.

Dans un communiqué, Halliburton a précisé qu'en tant qu'ancienne maison-mère de KBR Inc, il prendrait en charge, «en huit versements sur les deux prochaines années, 382 millions» des 402 millions de dollars dus par KBR. Ce dernier n'aura plus que 20 millions à verser.

KBR a également accepté que ses activités soient placées sous une surveillance indépendante pendant trois ans pour vérifier la mise en place d'un programme de mise en conformité.

«Le plaider coupable de KBR aujourd'hui met un terme à l'enquête au long cours du ministère sur l'obtention de contrats de construction de 6 milliards de dollars au Nigeria», s'est réjoui Rita Glavin, responsable de la division pénale du ministère. (ats)

Ton opinion